mardi 11 août 2015

Prédation

Peinture de Michael Cheval

Ce n'est pas qu'il n'y ait plus de grands méchants loups,
Il suffit d'aller dans certaines régions du monde
Pour en voir des meutes entières chasser à la ronde ;
Ou encore, chez nous, de penser aux loups-garous

Qui enlèvent des enfants pour en faire sacrifices,
De quoi secouer le panier de bisounours ;
Et je n'évoque pas même les requins de la bourse
Qui sur le sang des hommes font d'énormes bénéfices.

C'est juste pour dire que le loup du Chaperon rouge
Est à côté une brave bête qui, quand on y songe,
N'a agi ainsi que tenaillé par la faim.

Hélas, l'allégorie du prédateur sexuel
Illustre encore les faits divers actuels ;
Je crois bien que nous n'en verrons jamais la fin.

ML, Café de la Paix

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire