jeudi 13 août 2015

Moiteur

Peinture de Vicente Romero Redondo

Marcher pieds nus me fait bien sentir la bonne terre
Et ce m'est un plaisir, j'allais dire sensuel ;
Mais c'est compter sans les perfides éclats de verre,
Trop petits pour entrer dans le champ visuel,

Ou bien des épines qui n'attendent que mon passage
Pour se ficher dans la plante de mes pauvres pieds.
Et quand par terre les choses se font un peu plus sages,
L'on n'est pas sûr de n'avoir plus rien à expier.

C'est toujours par les airs que surgissent les attaques ;
De fait, l'on n'arrête pas de se donner des claques ;
Ici pour battre un moustique et là un taon.

La moiteur donne des ailes à ces petits vampires ;
Même les mouches s'y mettent et le soir c'est encore pire.
Nous attendons la pluie, un peu comme du beau temps.

ML, La douceur angevine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire