vendredi 14 août 2015

La voie du corps

Toile de Vicente Romero Redondo

Je ne serais pas femme si je ne me mirais
Pas dans la glace. Point ne suis dupe
De mes réflexes narcissiques ; comme j'aimerais
Ne plus les avoir ! Combien plus me préoccupe

De mon corps la ligne car en ce bon terroir,
De bien manger l'on prend aisément l'habitude ;
Lors, je veille au grain, sans demander au miroir
Si je suis bien la plus belle en cette latitude,

Ayant dépassé cette puérile inquiétude.
C'est dans le regard de qui m'aime que je me vois
Belle et nulle part ailleurs, c'est là ma certitude.

L'amour est la magie qui transforme tout en or ;
C'est d'entre tous les chemins la plus noble voie ;
Je l'honore autant qu'il m'honore ; nous faisons corps.

Coécrit avec Marie-Louise

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire