lundi 10 août 2015

La vie agreste

Toile de Hermann Fenner-Behmer, 1906

Il y a une heure pour tout, dans la vie, dans un jour ;
Dès le matin, il faut s'arracher de sa couche,
La figure approximative, et faire un tour
Dans la salle de bain pour prendre une petite douche ;

À peine séchée, prendre le petit déjeuner
Puis retourner s'habiller s'il faut que l'on sorte,
Ou demeurer en l'état pour s'encabaner,
C'est-à-dire rester cloîtrée chez soi, en quelque sorte.

Façon de parler, car c'est en fait pour passer
La journée à lire, écrire ou se prélasser,
Et donc à prolonger le sommeil par une sieste.

La nuit venue, il faut aller se recoucher,
Après s'être, bien évidemment, redouchée.
Il n'est rien que j'aime tant que la vie agreste.

Le spectre à trois faces
 
Il est toujours l'heure de se reposer
(Peinture de Paul Kelley)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire