jeudi 13 août 2015

Considérations circulatoires

Toile de Vladimir Kush

Boire ou choisir, il faut conduire, ou quelque chose
D'approchant. J'ai l'air d'en rire, mais n'en croyez rien ;
Quand je pense que des bourrés et des pétés osent
Prendre leur bagnole, sans n'avoir plus les moyens

De distinguer une belle cuisse d'un gras jambonneau,
Je me dis qu'ils ont dû boire une infâme vinasse
Ou fumer une herbe qui leur déglingue le cerveau.
La maréchaussée en cueille parfois dans sa nasse,

Mais le peloton continue sa promenade
Funeste que n'arrose pas, c'est sûr, la limonade.
Si consommer des stupéfiants est stupéfiant,

Conduire en buvant est tout aussi démentiel.
C'est beau de voir des étoiles et des arcs-en-ciel,
Mais c'est digne d'un poète et non d'un ruffian.

Le spectre à trois faces
À lire avec modération

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire