dimanche 30 août 2015

Bardes qui suivent Baudelaire

Oeuvre anonyme

Bardes à plume légère,
Encore loin du tombeau,
Nous ornons vos étagères,
Des ouvrages les plus beaux.

Ces pages sont les dernières,
Consumons donc les flambeaux,
N’épargnons point la lumière
  D’Éros et Bacchus, jumeaux.

Je ne prends pas l’air mystique,
Car ce jour n’est pas unique,
Ce n’est pas un jour d’adieux.

Une lectrice à ma porte :
J’entends son rire joyeux,
La poésie n’est point morte.

Cochonfucius

1 commentaire: