vendredi 26 juin 2015

Vestale de sable et de sinople

Composition de l'auteur

Une vestale obscure a survolé le pré
Où de très vieux pommiers perdirent leurs fleurs blanches ;
Et ce surgissement, dans la paix du dimanche
A transformé l’endroit en un temple sacré.

Les oiseaux, saluant le crépuscule ambré,
D’un cantique nouveau leur simple cœur épanchent ;
Même le vieux corbeau, qui, pour voir ça, se penche,
Mâche une patenôttre, ainsi qu’un vieux curé.

La face de sinople, immobile et sereine,
Contemple les oiseaux, digne comme une reine,
Mais sans leur adresser un seul mot de discours.

Autour du pâturage, une invisible faune
Piétine, sans un bruit, les feuilles déjà jaunes,
Reprenant le cantique en un murmure sourd. 

3 commentaires:

  1. L'athéisme du Lion héraldique perturba beaucoup l'équilibre d'Héraldie, il manquait quelque chose aux Héraldiens, la réponse à la fameuse question pourquoi existons-nous ?
    La simplicité de l'athéisme est séduisante : il n'y a rien d'autre que nous-mêmes, vivons avant que tout ne soit fini, mais difficile à tenir, comment en effet nier le doute fondamental qui nous habite : et s'il y avait quelque chose au-delà de notre vie ?
    De ce fait, l'imagination des Héraldiens, libérée des sept religions, inventa toutes sortes de créatures surnaturelles possibles, certains voyaient une vestale obscure survoler un pré, d'autres croyaient entendre une invisible faune piétiner les feuilles… toujours est-il que pour concrétiser leurs visions, les Héraldiens construisaient des temples sur les lieux où ils avaient pressenti la présence d'un être surnaturel. Ce fut une période où l'architecture héraldienne était florissante, les architectes faisaient fortune.

    RépondreSupprimer