vendredi 26 juin 2015

Un matin, sur un mur

Toile d'Antonov

Un matin, j'ai vu posée sur un mur une rose ;
Par qui avait-elle été placée là, on ne sait ;
Je me suis pris à imaginer mille choses,
Mais dans le fond, son histoire, je la connaissais.

Avait-elle été laissée là par quelque belle
Dépitée, en chemin pour les amours fanés ?
Ou fut-elle posée de manière intentionnelle
Pour semer le doute et même le laisser planer ?

Elle me fit penser aux amours qu'on abandonne ;
De ceux qui naissent, j'entends déjà le glas qui sonne ;
Bien des bouquets en sont les offrandes funèbres.

Autant de sourires, autant de joies éphémères ;
Les prémices sucrées annoncent les sorties amères ;
Flammes vacillantes dans un océan de ténèbres..

4 commentaires: