mardi 23 juin 2015

Les sept sanctuaires

Composition de l'auteur

La rose est au temple d’argent,
Sur le sommet d’une colline :
Elle a des prêtres exigeants,
Puis, quelques vestales câlines,
Ses dévots sont de braves gens.

Au ciel de gueules, temple atroce,
Abritant un dieu-troll joyeux,
On vient y célébrer des noces,
On vient y soigner des corps vieux,
Le desservant n’est pas féroce.

Au ciel d’azur, en un jardin,
Le coq d’or, grave comme un pape,
Tient quelques propos anodins
(Dont un éloge de Priape)
Et conte des récits badins.

La nuit de sinople est sereine,
Où vit le fils du charpentier ;
De sa mère, il fit notre reine,
Et nous enseigna la pitié
En mettant son corps à la peine.

Temple d’or, étrange tombeau
Où des passions je me dépouille,
De Bouddha, les discours sont beaux,
C’est l’épée qui jamais ne rouille,
C’est l’inaltérable flambeau.

Nul ne te voit, vrai dieu de sable,
Sans nom, sans visage, sans mains,
Ordre du monde, inconnaissable,
Tu peux suggérer un chemin ;
Mais c’est une route intraçable.

Mille dieux du temple d’hermine
Sont issus des religions mortes.
Il n’en est pas un qui culmine,
Pas un dont la voix soit plus forte ;
Mais par eux, la nuit s’illumine.

Cochonfucius

3 commentaires:

  1. Une fois par an, les sept représentants des sept religions se réunissaient car il fallait faire le point sur ces différents courants de pensée. Au cours de cette réunion annuelle, les débats n'en finissaient pas, chaque religion avait ses raisons d'être. Le représentant du Culte de la Rose soutenait que la beauté de l'esprit et du corps, symbolisée par la Rose de gueules tigée et feuillée de sinople, était une valeur fondamentale parce que le respect de l'autre commençait par le respect de soi-même et que sans respect de l'autre rien n'était possible, c'était donc le seul droit chemin possible. Le représentant du Déisme déclarait que si l'Héraldie existait c'est parce qu'un horloger l'avait conçue et que par conséquent il fallait le vénérer même s'il était inaccessible. Le représentant du Bouddhisme, ne supportant ni la maladie, ni la vieillesse ni la mort, incitait les autres représentants à le suivre jusqu'au Nirvana, là où toute souffrance est abolie. Le représentant du Culte du Coq d'or se présentait comme le plus fier, le plus beau et le plus fort des représentants, il les invitait à le suivre en l'admirant, ainsi n'ayant plus qu'à lui obéir, leur vie serait beaucoup plus simple. Le représentant du Culte du fils du charpentier, regardait les autres représentants avec Amour et se contentait de leur proposer de le suivre. Le représentant du Polythéisme, parfois se mettait en colère et menaçait de les foudroyer tous, eux et leurs stupides théories puis il se ressaisissait et se contentait de les raisonner en les incitant tout simplement à ouvrir les yeux , à regarder autour d'eux, les eaux, les plantes, les vents...il leur assurait qu'ainsi il trouverait le sens de leur existence. Le représentant du Trollisme, traînait souvent à côté du buffet car il profitait de la collation qui était servie au cours de cette réunion des sept représentants des sept religions, puis il se rappelait qu'il fallait qu'il dise quelque chose alors il déclarait : « Vivons puisque nous sommes vivants et construisons des menhirs et des dolmens pour honorer la Vie »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que j'aime beaucoup, c'est qu'ils sont à peu près d'accord entre eux !

      Supprimer
  2. A peu près mais pas tout-à-fait. Le Coq, la Rose, Bouddha, le Fils du charpentier, le Troll, le Dieu unique, les Dieux multiples, ont le même objectif, en tout cas posent la même question mais n'ont pas les mêmes valeurs.

    RépondreSupprimer