dimanche 28 juin 2015

Les sept églises

Composition de l'auteur

De sept églises d’or notre pays s’honore ;
Plus belles n’en sont point, autre part, sous les cieux.
Nous les voyons briller, un régal pour nos yeux,
Ainsi que pour nos cœurs que la piété dévore.

Aussi, nous entendons nos sept clochers sonores,
Aux beaux accords desquels vibrent jeunes et vieux,
Comme jadis vibraient nos louables aïeux,
Comme nos descendants en frémiront encore.

Nous avons d’autres dieux, d’étranges animaux
Qui jamais n’ont daigné vivre dans un enclos ;
Nous devons respecter leur liberté divine.

Mais lequel pourra mieux remettre nos péchés,
Ou le temple brillant, ou l’animal caché ?
Telle est, dans ce pays, la question qu’on rumine.

Cochonfucius

4 commentaires:

  1. Et finalement les sept religions réapparaissaient à travers sept temples, tellement les Héraldiens ne comprenaient pas pourquoi il n'y aurait pas un Créateur tel que le préconisaient les Déistes, pourquoi ce Créateur ne serait pas multiple en ce monde tel que le pensaient les Polythéistes, pourquoi la recherche de l'harmonie ne serait-elle pas une bonne recherche comme Bouddha le pensait, pourquoi ne faudrait-il pas aimer ce monde comme l'avait aimé le Fils du charpentier, pourquoi ne fallait-il pas chercher inlassablement le bonheur et la gloire comme le faisait le Coq d'or, pourquoi enfin ne fallait-il pas honorer le monde comme le faisaient les Trolls.
    Or un jour le Coq d'or, n'en pouvant plus de chanter dans un temple, demanda au Lion héraldique s'il pouvait conduire les Héraldiens en terre promise. Le Lion héraldique qui n'en pouvait plus aussi accepta et même proposa de porter lui-même le Coq d'or qui ne se sentait plus de joie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prochainement, donc, quelques nouvelles de la Terre Promise.

      Supprimer
  2. Bien sûr, la Terre Promise, quoi de plus naturel!

    RépondreSupprimer