lundi 22 juin 2015

Les mots rebelles

Toile de Vladimir Kush

L'Ami, certains jours je crois que ma pauvre tête
Est une bibliothèque démesurée où chaque mot
Est un livre que j'ouvre et que je feuillette
Sans en voir le bout ; je t'avoue que c'en est trop !

Les mots s'engendrent et s'y bousculent en une folle
Sarabande ; et dès que je veux en saisir un,
Mille autres alors se présentent, font les mariols,
Jouant de leur sens comme d'un enivrant parfum.

Lors, il m'arrive de ne rien écrire, non pas faute
D'idées – au contraire, il faut toujours que j'en ôte -
Mais plutôt à cause des mots indisciplinés

Qui ne restent en place ou encore, ne tiennent la rime.
Se moquent-ils et croient-ils que j'écris pour la frime ?
La preuve : ce sonnet ! Saurait-on mieux badiner :-)

ML, Les nuits de Chelsea

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire