mardi 16 juin 2015

Le troll des cerises

Composition de l'auteur

Près de l’arbre, il n’a pas, ce troll, les bras croisés ;
Une odeur de fruits mûrs lui parvint, par la brise,
Il a suivi l’appel de la senteur exquise
Au long des frais sentiers par l’aurore irisés.

Invisible, il se tient dans ce secteur boisé ;
Or, nous le chanterons, c’est le troll des cerises,
De leur chair délicate il se gave ; il se grise
D’un jus plus enivrant qu’un petit vin rosé.

Les trolls vont-ils dormir, à la fin, sous un marbre ?
Sûr qu’on mettra le sien pas trop loin de son arbre :
Ce raisonnable vœu, qui le peut rejeter ?

Le cerisier sourit au petit troll sauvage
Auquel il doit, bien sûr, pardonner ses ravages,
Un troll a de si beaux récits à raconter !

Cochonfucius

4 commentaires:

  1. Ville de Cannectancourt, avec retouches.

    RépondreSupprimer
  2. Tout devint d'or alors en Héraldie pour lutter contre l'obscurantisme des Trolls. Les animaux étaient tous d'or et très silencieux car ils redoutaient les Trolls, médiateurs entre l'inframonde et la lumière. Les Moines devinrent d'or aussi.
    Un coq d'or un jour décida de retrouver les Trolls afin de les terrasser. Aidés des intrépides cavaliers d'or et d'argent, il se mit en tête de parcourir toute l'Héraldie jusqu'à ce qu'il trouvât le repaire des Trolls. Le coq d'or partit donc à dos de n'importe quel ami capable de lui venir en aide. Toujours dans chaque contrée, il rencontrait un animal différent pour l'encourager à continuer sa recherche. Les autres animaux qui le voyaient passer l'admiraient et il n'était pas peu fier. Parfois il lançait un regard sur l'un ou l'autre de ses admirateurs qui était alors comblé par tant de condescendance. Mais les Trolls restaient introuvables. En fait les Trolls étaient juste à côté des Héraldiens. Plus encore, ils pervertissaient et rangeaient de leur côté certains animaux du Bestiare héraldique tel le Goupil d'or, Châteaurenard qui, excédé par la bavassement des Moines prêcheurs , avait pris l'initiative de promener les Trolls cachés dans un magnifique château d'excellente texture. Ainsi comme le Coq d'or, les Trolls se promenaient sous le nez des Héraldiens et ils riaient, ils riaient...bien cachés dans leur château d'or. Parfois ils passaient sur les flots d'Héraldie à bord d'une Nef aux vitraux d'azur sous le regard étonné des Héraldiens complètement dépassés par la situation.
    Le coq d'or, n'en pouvant plus de parcourir ainsi toute l'Héraldie sans jamais rencontrer l'ombre d'un Troll, se coucha un matin sous un beau cerisier et s'endormit profondément. Là se tenait bien caché, le Troll biscornu, très gourmand, il se gavait de cerises, il se grisait de leur jus plus enivrant qu’un petit vin rosé. Le coq d'or croyait rêver mais c'était bien un Troll soi-disant invisible qui se trouvait juste au-dessus de lui !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Cochonfucius et merci, mais c'est vous le créateur intarissable de tous ces blasons plus étonnants les uns que les autres.

    RépondreSupprimer