mercredi 24 juin 2015

Dernier sourire d’un prophète

Composition de l'auteur

— Bourreau, pour un instant, je retire mes chaînes,
Et je contemple en moi l’obscurité prochaine…
Elle a fait le bon choix, la fille au regard pur,
J’en avais bien assez d’être au cœur de ces murs.

On dit qu’elle a dansé avec une indécence
Qui toujours se mêlait d’une vive élégance ;
À cause de son vœu, je revois le soleil,
Ainsi que son reflet dans ce plat de vermeil…

Disciples, quel bonheur, si vous me récitiez
Les mots de mon cousin, le fils du charpentier…
Bourreau, n’écoute pas, je ne suis plus prophète,
Tu vas trancher le chef d’un insouciant poète.

Cochonfucius

3 commentaires:

  1. Le désaccord des sept représentants des sept religions nourrissait la puissance du Soleil de sable en inframonde si bien que son Maître parvint à s'immiscer dans la réunion annuelle. Considérant le point faible de chaque religion il commença son discours.
    « Dieu unique et tout-puissant soi-disant Horloger d'Héraldie comment peux-tu supporter un tel échec, ne vois-tu pas combien ta création dysfonctionne? qu'attends-tu pour l'effacer à jamais?
    Coq d'or, c'est bien ! Continue ainsi, tu es le plus beau, le plus fier, le plus fort, tu as raison d'aider ainsi les pauvres Héraldiens en leur donnant l'exemple, si certains refusent de te suivre je te suggère de les tuer, ainsi tu sauveras ceux qui t'obéissent.
    Rose de gueules, que tu es belle! permets-moi de te contempler. Vois là-bas ces affreux Héraldiens, ils ne te méritent pas, donne-les moi, je m'en occuperai, je suis ton serviteur dévoué.
    Troll, dis donc, ils sont beaux tes menhirs! et quels dolmens! Je te félicite mais dis-moi, tu me sembles bien attaché à ce monde, ne réalises-tu donc jamais que tu vas mourir et que tout sera fini. Moi, je connais celui qui t'a donné la Vie, profite de cette vie que tu aimes tant et vends-moi tes menhirs et tes dolmens de cette façon je te conduirai vers celui que tu honores.
    Fils du charpentier, aimes-tu à ce point les Héraldiens? Regarde comme ils t'aiment eux! Allez laisse-les moi je suis le prince d'Héraldie je règne sur elle par mon inframonde.
    Dieux de la Nature, rassemblez-vous autour de moi et vous ganerez en plus l'inframonde.
    Bouddha, regarde-moi en face, cesse de m'éviter, j'existe bel et bien, tu ne peux m'échapper."
    Plus le Maître de l'inframonde les tentait plus la discorde grandissait parmi les sept représentants des sept religions, nourrissant ainsi la puissance du Soleil de sable.
    Le Fils du charpentier prit la décision de réagir et demanda à son cousin de parler de lui en Héraldie, ce dernier accepta cet honneur et annonça partout que bientôt celui qui sauverait l'Héraldie de la puissance du Soleil de sable (dans notre monde le Soleil de sable correspond à la Mort) allait arriver et qu'il fallait se préparer à l'accueillir. Malheureusement les six autres représentants des six autres religions furent furieux de l'audace de ce blasphémateur et le cousin du Fils du charpentier fut condamné à être décapité. Au moment de son exécution il n'avait cependant pas l'air très triste, il disait qu'il voyait le Soleil d'or et que de toute façon il fallait qu'il diminue pour que celui qui sauverait l'Héraldie du Soleil de sable grandisse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pays de poésie, 31 janvier 14, Sacrifice (extraits) :

      (...)

      Il n’attendait aucun secours de l’Esprit-Saint ;
      Comme un agneau, le soir, s’en va de sa prairie
      Pour trouver le sommeil en une bergerie,
      Jean désirait quitter cet univers malsain.

      (...)

      Quand survint le bourreau avec sa grande épée,
      Il caressa l’acier en disant simplement :
      « Lame, dans un instant, tu seras mieux trempée. »

      Supprimer