dimanche 14 juin 2015

Au pied du mur

Composition de l'auteur

Cinq éléphants de sable, en ce printemps joli,
Par la beauté du monde ont leur âme charmée ;
Ils marchent lentement sur le pavé poli,
Brigade dérisoire, insignifiante armée.

Un mur barre soudain cette route embrumée ;
Leur plaisir vagabond n’en est pas aboli,
Leur soif de renouveau n’en est pas consumée,
Leur goût de flânerie n’est pas enseveli.

— Nous pouvons, à nous cinq, franchir cette muraille !
— Compagnons, sur mon dos, montez, vaille que vaille !
— Plus haut… Il manque encore un peu, pour le franchir.

— Ce mur n’a pas de porte, et non plus, de fenêtre.
— Donc, sur notre succès, un doute pourrait naître,
Mais point d’affolement, nous allons réfléchir.

Cochonfucius

4 commentaires:

  1. Éléphants d'Hilfikon, mur de Marc.

    RépondreSupprimer
  2. Un ordre bien structuré s'installa en Héraldie, les Moines prêcheurs dominaient la contrée en rassurant sans cesse les Héraldiens par de belles paroles. Incertains et inquiets les Héraldiens leur obéissaient et ceux qui étaient en prison n'avaient aucune chance d'en sortir un jour car le pardon n'existait plus en Héraldie tant la peur de l'autre était devenue intense. Finalement c'était les Trolls, malfaisants ou bienfaisants, qui régnaient sur l'Héraldie tout en étant invisibles et ils terrorisaient les Héraldiens en agissant selon leur humeur et sans aucune logique, ils étaient ainsi les vrais Maîtres d'Héraldie. Les Moines prêcheurs développaient alors leur art oratoire de plus en plus mais ne sachant pas vraiment contre qui ils luttaient cela n'avait comme résultat que de rassurer illusoirement les pauvres Héraldiens. Les Trolls étaient morts de rire en voyant la bêtise des Héraldiens et continuaient de plus belle à les terroriser, si bien qu'un beau jour, le Bestiaire héraldique décida de prendre les choses en main. Ce furent les Eléphant qui firent le premier pas, ils décidèrent de libérer tous les détenus enfermés à perpétuité par les Moines prêcheurs, les Goupils d'azur qui en avaient par-dessus la tête de surveiller tous ces détenus et d'écouter les Moines prêcheurs, les laissèrent faire. Les Eléphants édifièrent une pyramide géante le long de la grande muraille de la prison de telle sorte que les détenus purent s'évader.

    RépondreSupprimer
  3. Héraldie entre dans sa dimension épique. Quelle somme ! Quand je songe que le recueil de poésie héraldique a dépassé les 300 titres... C'est une œuvre que vous réalisez là tous les deux. J'en suis impressionnée.

    RépondreSupprimer