dimanche 26 avril 2015

Sagesse de la nature

Toile de Danie F. Gerhartz

N'est-ce pas la nature elle-même qui nous enseigne  
La poésie en nous prodiguant ses merveilles ?  
Là, une herbe empanachée que le vent peigne ;  
Ici, une fleur parée de sa belle robe vermeille ;  

Sur le chemin, une file ondoyante de fourmis  
Qui fait songer à quelque piste caravanière ;  
Dans le ciel, des nuages qui ont l'air endormis  
Et qu'un vent paresseux berce d'une brise balnéaire.  

Un canard se laisse porter au gré du courant,  
La tête recourbée et le bec dans son plumage ;  
Dans le saule, un oiseau donne son plus beau ramage ;  

Des peupliers, serrés dans le plus parfait rang,  
Me font haie d'honneur et révérence végétale.  
Et moi, je t'offre ces mots, ô ma douce terre natale !  

ML, La douceur angevine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire