lundi 27 avril 2015

Méduse


La Toile est un vaste océan où nage le dauphin
Autant qu'y chasse le requin ; j'en suis la Méduse ;
Mon regard est d'écueil et d'écume, j'ai l’œil fin ;
Il perçoit la feinte autant qu'il devine la ruse.

L'honnête capitaine ne me craint pas, loin s'en faut;
Il nous arrive de partager un verre de rhum
Au hasard d'un mouillage, c'est là petit défaut ;
Nos esprits se bercent de récits de l'ancienne Rome ;

Pour le reste, c'est une autre musique, on s'en doute ;
Le pied marin est né du mouvement des flots ;
Il peut danser la saint-Guy et tenir la route.

Marin, ne te fie pas à ma beauté lascive ;
C'est juste miroitement à la surface de l'eau ;
Prends garde, je ne pétrifie que les âmes passives.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire