samedi 28 mars 2015

Résidence inframondaine

Composition de l'auteur

Le démon de sinople a pris pour locataires
Dans son antre secret, deux joyeux vagabonds ;
C’est un appartement qu’ils trouvent bel et bon,
Loin du tumulte urbain, dans le creux de la terre.

Ici, nul vent ne souffle et nulle pluie ne tombe :
On y passe le temps en lisant des sonnets,
Tantôt des inédits, tantôt ceux qu’on connaît ;
Caveau préfigurant la fraîcheur de la tombe.

Cochonfucius

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est inspiré d'un poème triste :

      http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=jacob/plaintes-d-un-prisonnier

      Supprimer
    2. D'accord Cochonfucius, j'ai lu le poème.
      Max Jacob a été déporté en camp de concentration pendant la guerre 39-40. Mon père qui vivait à Douarnenez se souvient de cet homme. Il y a une statue en souvenir de lui à Douarnenez (de Max Jacob bien sûr!) A Quimper également il reste dans les souvenirs: le théâtre se nomme théâtre Max Jacob.

      Supprimer
  2. Ville de Berentzwiller, faucille remplacée par un inframonde ; portrait des vagabonds d'après Hubert Thouroude.

    RépondreSupprimer