samedi 21 mars 2015

Point nodal

Allégorie de la Prajna Paramita (la doctrine du par-delà)

L'Ami, tu dis qu'une rencontre ne vaut pas par la reconnaissance de soi qu'elle donne souvent l'illusion d'offrir mais par l'espace qu'elle ouvre à l'expansion de soi. Qu'une rencontre qui ne dépasse pas le jeu dupant et infantile des miroirs finit immanquablement par épuiser la force des reflets qui se réfléchissent mutuellement dans le vase clos de la relation réductrice. Que celle-ci ne perdure que par la connivence des intérêts égotiques, par les effets de l'habitude ou par défaut, quand le confort qu'elle assure dépasse les contraintes qu'elle impose, ou encore, sous la férule de quelque devoir d'ordre moral ou religieux, toujours plus ou moins confusément lié à une peur et à une culpabilité obscures qui bornent les aspirations inavouables et les élans profonds, autant du cœur que de l'âme et du corps. Que toutes les raisons du monde que l'on peut invoquer et sur lesquelles on s'oblige de se régler ne font jamais que couvrir cette flamme mystérieuse qui brûle au plus secret de notre être. Que l'univers, infini et absolutoire, nous libérera lui-même un jour de la gangue que notre passage en ce monde a formée et épaissie. Que c'est cette lumière et elle seule qui est l'objet véritable de notre quête, d'abord inconsciemment et grossièrement, à travers les besoins et les désirs triviaux d'une vie physique et matérielle dont on démultiplie les champs d'expansion, avec, à la fin, une lassitude des sens et un vide de l'âme.

Tu ajoutes que cela même que nous cherchons le plus profondément est à notre portée immédiate mais que c'est le peu d'acuité de notre conscience qui nous en tient éloignés. Que ce qui saute aux yeux semble comme caché, du fait de notre ignorance qui procède de la conscience séparative, nous amenant ainsi à croire qu'il existe une chose en soi, tandis que tout n'est qu'agrégats, au sein de l'interdépendance et de l'impermanence. De même, cette conscience séparative induit l'idée d'un ego qui serait la manifestation d'un être en soi ; qui serait logiquement sa propre cause et dont alors on ne comprendrait pas qu'elle lui soit inconnue. Que c'est là le point nodal du problème de l'identité et la source universelle des tourmentes de ce monde, depuis l'échelle des individus jusqu'à celle des nations.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire