dimanche 22 mars 2015

Oraison printanière

    Tu réchauffes mon cœur 
    Car le tien est une flamme ; 
    Tu embellis mes heures, 
    Ma douce et noble dame ; 
    Avec tes mots passeurs, 
    Tu enchantes mon âme ; 
    Ô toi qui m'est une sœur ! 
    Ô toi tellement femme ! 

    Revoilà la belle saison ; 
    Les fleurs pointent leur nez ; 
    Noël au balcon, Pâques au tison ; 
    Peu importe ! Allons flâner 
    Sur les boulevards, sans raison ; 
    Vivons nos vertes années 
    Dans la lumière d'une oraison 
    À l'amour que rien ne peut faner. 


Toile de Gérard Di-Maccio

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire