samedi 28 février 2015

Sagesse de Marc-Aurèle


Toile de Wojtek Siudmak, L'instant immobile 

L'Ami, l'on ne peut offrir le moindre instant
Car nul ne saurait donner ce qu'il ne possède
Pas lui-même ; il en est ainsi de notre temps :
Il n'est rien qu'il n'emporte, personne qui ne lui cède.

Marc Aurèle, l'empereur philosophe, comme tu sais,
A longuement médité sur l'impermanence ;
Hier soir encore, de ses Pensées, je relisais
Certains passages qui ont toujours ma préférence ; 

Le présent, puisque c'est la seule chose qu'on possède,
Est bien la seule dont on ne peut être privé ; 
Ce sont là sages paroles qu'un sens profond précède.

Lors, ce que l'on peut offrir, c'est sa pleine présence ;
C'est ce que mon esprit s'applique à cultiver ;
Car l'instant lui-même nous mande à cette inhérence.

ML, Les nuits de Chelsea



Être au présent, c'est-à-dire dans une pleine présence d'esprit à l'instant qui s'offre car c'est là et là seulement qu'est le réel et que se joue notre destin. C'est le champ de la récolte des fruits du passé et celui des semailles des fruits du futur. Nul ne peut retenir l'instant qui traverse le présent, mais nous pouvons changer la qualité de notre présence à et en cet instant; par le regard, d'abord, que nous lui portons et la conscience que nous y mettons. La chose n'est jamais banale car nous sommes entourés de gens qui, comme nous, sont obnubilés par l'idée qu'ils se font d'eux-mêmes et qui ne sont que peu ou pas du tout présents au monde et à l'autre. L'instant, il est vrai, est une mesure étroite mais uniquement parce que notre propre acuité est mesurée. La concentration consiste justement à la renforcer et à amplifier l'acuité, en centrant tout notre esprit sur l'instant présent, ce qui implique de faire taire les meules de notre moulin mental. La méditation aide à faire ce vide nécessaire sans lequel rien ne peut venir ni advenir. C'est de la manière d'orienter ou de régler un récepteur que dépend sa réceptivité. S'agissant du nôtre, c'est la juste et parfaite verticale qu'il lui faut atteindre, le fameux point d'équilibre de la balance. Cette verticale ne se pose et se propose que dans l'instant. C'est un faisceau ascendant. Il monte vers les étoiles... D'où nous venons et où nous allons.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire