jeudi 12 février 2015

Sagesse bicéphale

Composition de l'auteur

Notre corps est un arbre, ont dit les amphisbènes,
Il faut, pour le nourrir, la plus vaste des plaines ;
Si jusqu’en inframonde il est enraciné,
Le sort de son feuillage est mal déterminé.

J’en accepte l’augure, a répondu la feuille ;
Si mon sort est précaire, allons-y, je l’accueille ;
Quand je n’y serai plus, d’autres feuilles viendront
Qui les mêmes leçons du monde retiendront.

L’esprit est un miroir, a proclamé la lyre,
Malheur aux maladroits qui, jadis, le salirent.
Ce propos, dit l’esprit, je le trouve incomplet :
Nul ne peut nettoyer l’intérieur du reflet.
 

1 commentaire:

  1. Notre corps est un arbre (pays de Poésie 1-8-13)
    ---------------------------------

    Notre corps est un arbre, a déclaré l’ermite,
    Notre esprit un miroir, il faut l’épousseter.
    Ne se croyait-­il pas porteur de vérité,
    Celui qui transcendait le réel et ses mythes…

    Ton arbre est dans un vase, a dit le cénobite,
    Et d’un endroit à l’autre il peut se transporter.
    Quant au miroir, tu peux tout un jour le frotter,
    Tu ne nettoieras pas les reflets qui l’habitent.

    Époussetons bien l’arbre, arrosons le miroir,
    Car pour telle entreprise il n’est besoin d’espoir,
    Ni de succès non plus pour que l’on persévère.

    Les ayant accueillis dans ta méditation,
    Retiens de ces deux mots la signification :
    L’arbre, on en fait du bois, le miroir, c’est du verre.

    RépondreSupprimer