mercredi 25 février 2015

Il pleut sur Londres


 Il pleut sur Londres ;
C'est parti pour la nuit.
Je vois les passants se fondre
Sous une mer de parapluies

Ici c'est tranquille ;
L'ambiance est intime ;
Dehors gronde la ville ;
Dedans le silence prime.

Assise à mes côtés,
Marie-Louise écrit ;
Entre deux mots notés
Parfois elle me sourit.

 


Elle dit : - Ma bonne Justine, compose-nous un sonnet ;
Je réponds : - C'est par tes mots que je le commence...
L'Amie, mon petit recueil n'est qu'un jardinet
Comparé à ton jardin ; j'implore ta clémence ;

Je ne suis ni poétesse ni femme de lettres :
Je m'embrouille dans les alexandrins dont je compte
Les syllabes et ne trouve plus de rimes à mettre
Quand j'en tiens le bon nombre ! Aussi suis-je prompte

À retourner à mes compositions libres
Qui me donnent déjà bien du mal, je m'en désole ;
J'avance par petits mots, je suis à bonne école ;

Car c'est bien là ce qui me plaît et délivre :
La poésie offre l'asile à toute parole,
Sans se soucier plus avant qu'elle soit sage ou folle. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire