jeudi 12 février 2015

Allô, métro, infos

Toile de Thor Wickstrom

Chaque matin, je lis l'ennui dans le pâle regard
De ceux que la nécessité alimentaire
Arrachent de leur bulle opacifiée par le fard
Dont s'est enduit leur idéal élémentaire.

Et le soir, tandis que la rudesse de la saison
Rappelle aux fiers humains l'empire de la nature,
La folle fourmilière redouble de déraison.
Vraiment, la vie n'est pas une villégiature !

La hâte de retrouver sa caverne de plâtre
Bientôt encombre toutes les artères de la ville ;
Pour sûr, le métro ne se prête guère aux idylles !

Dans les logements qui sont demeures sans âtre,
La grand-messe cathodique sur canapé achève
De liquéfier les esprits imbibés de rêves.

1 commentaire: