lundi 26 janvier 2015

Vocabulaire d'un cétacé


Le dauphin polyglotte aime les mots limpides,
Mais aussi quelques-uns dont le sens est changeant :
Orphée, l’accompagnant de sa lyre d’argent,
Admire ses talents de traducteur rapide.

Le dauphin polyglotte aime les mots d’azur,
Il aime entrelacer tous les hymnes qu’il chante ;
Il sait déterminer, de sa prose tranchante,
Ceux qui auront ou non les honneurs de son mur.

Le dragon, dans les cieux, dérive sur ses ailes,
Entendant tous ces sons qu’il ne comprend pas bien ;
Dragon, ce sont des vers, des chants, ne crains donc rien :
La sirène est ici, les mots jouent avec elle.

Cochonfucius

9 commentaires:

  1. Là, Cochonfucius, vous faites la même erreur que pour le blason: Apanage de gueules. Il faut placer ces six meubles dans des partitions sinon votre blason devient un dessin. L'écu est divisé en partitions. Voilà ce que je propose pour votre blason:
    "Parti d'or et d'argent, aux sirènes affrontées, de carnation, marinées de sinople, coiffées d'orangé, soufflant dans une conque d'argent pour la première et d'or pour la deuxième, accompagnées de deux dauphins d'azur et de gueules"
    En plus la partition "parti" symboliserait bien "le mur" du "dauphin polyglotte".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette suggestion pertinente.

      Texte inspiré par Albert Samain :

      « Amphitrite sourit, toute nue, à l’azur…
      Son voile de safran palpite comme une aile,
      Et la brise ramène en avant ses cheveux
      (...) »


      Supprimer
    2. Partition, voir à l'adresse

      http://www.lesmotsenfolie.net/t1715-haikus-inspires-par-des-images#44238

      Supprimer
  2. Je viens de regarder le nouveau blason, du coup le "dauphin polyglotte" devient un sacré traducteur puisque lui-même alterne ses couleurs. De plus la sirène traduite est plutôt comment dirais-je ... imposante. La traduction est brutale, mais il est vrai que souvent une traduction est une trahison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir, à ce sujet :

      http://lutecium.org/stp/cochonfucius/traductions.html

      Supprimer
  3. Je viens de regarder ce lien et je suis impressionnée. Cochonfucius, dans votre conte héraldique pourquoi le dragon polychrome ne comprend-il rien aux traductions du dauphin polyglotte?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leur cadre de référence est trop éloigné. Les métaphores employées par le dauphin s'appuient sur l'expérience commune des esprits du monde sous-marin, alors que le dragon est terrestre et volant, mais pas du tout plongeur.

      Il s'efforce de lire, il y perd son latin.


      Supprimer
  4. Il me semblait que le dragon polychrome avait un peu peur des mots à cause des sirènes.

    RépondreSupprimer