mardi 27 janvier 2015

Sagesse d'un amphibien


La salamandre vit dans la flamme tranquille
Qui se forme au-dessus du ruisseau que voici.
Elle passe son temps, recluse, loin des villes ;
Son âme est sans tourment, son cœur est sans souci.

Au bord de la rivière, une aragne d’or file ;
Sa toile de l’insecte aura toujours merci,
Tranquilles voleront les sveltes drosophiles
Et tout autre diptère arrivant par ici,

Loin de tout, traversant la plaine abandonnée,
Apportant avec eux leur chanson bourdonnée ;
Au matin, quand le ciel blanchit à l’Orient,

Un passereau d’azur au bord des flots se perche,
Et, dormant à demi, l’amphibien souriant
Entend la mélodie qui s’élève et se cherche.
 

1 commentaire:

  1. À rapprocher de Baudelaire :

    « Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
    Aux uns portant la paix, aux autres le souci. »

    RépondreSupprimer