mardi 16 décembre 2014

Destin de Clytie


Clytie, belle et douce nymphe qu'aima le dieu soleil
Qui t'abandonna dès qu'il vit Leucothoé ;
Ainsi sont les dieux, ainsi les hommes, tous pareils !
Prenant, se lassant, toujours à affrioler !

Qu'avait-elle donc de plus, l'autre, que tu n'eusses pas ?
Le sein plus ferme, plus joli et la fesse plus ronde ?
Mal lui en prit : son père la mena au trépas ;
Enterrée vive, elle fut effacée de ce monde.

Hélios, pourtant, ne revint jamais dans tes bras ;
Désespérée, tu te mis nue et demeuras
Assise sur un rocher durant huit jours de temps,

Sans eau, ni nourriture – Ô destin funeste ! -
Tu suivis le char d'Hélios dans sa course céleste ;
Changée en tournesol à jamais végétant.

ML, Les nuits de Chelsea

Illustration d'en-tête : Clytie, par Louise Welden Hawkins (1849-1910)

3 commentaires:

  1. Car certaines amours ne vivent que de loin ;
    Notre soleil, seigneur du cèdre et de l'hysope
    Garde son altitude, et ne se penche point
    Pour embrasser le coeur du grand héliotrope.

    RépondreSupprimer
  2. Apprenez la prosodie du sonnet Dame M-Louise,
    J'aime la douceur de vos assemblages -
    Voici pour vous :

    Celle de personne !

    L'amour n'a pas été mon ami je le crois
    Si nous avons joué souvent à cache-cache
    Un jour je l'ai coincé malgré ses désarrois
    Mais il s'est échappé en fuyant sans panache

    Il fut vain de viser l'amour maudit d'un roi
    Pourtant je me souviens que ce lien sans relâche
    Sans aucun corps à corps a bravé tous les droits
    A n'être pas réels nous fûmes sans attache

    L'amour n'a pas été facile à capturer
    L'infernale au final n'a pu configurer
    Son univers entier : les Amours virtuelles

    Ne furent qu'1 jeu d'échec ; Pour y trouver l'enfer
    Je fus pire qu'1 troll - Reine de Lucifer !
    Si je vis au présent ? Négatif ! Je suis Celle -

    ________________14/07/2014__________________

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, Curare, je ne respecte pas l'alternance des rimes masculines et féminines comme vous le faites.

      Supprimer