lundi 15 décembre 2014

Dans ma bibliothèque


                            Le livre le plus lourd disait : –J’ai la splendeur
                            De ce vieux Créateur dont nul ne voit la face ;
                            Toute mythologie auprès de moi s’efface,
                            Zeus brandissant la foudre, Aphrodite en rondeurs.

                            Le livre le plus vert disait : — Moi, je détiens l’odeur
                            Du jardin suspendu aux magiques terrasses ;
                            Précarité du sage en ce sublime espace,
                            Lui, l’auguste semeur et bientôt moissonneur.

                            Le Larousse disait : — Moi, j’ai des pages roses
                            Où la sagesse grecque et latine est déclose ;
                            Sur le plan lexical, je tranche, sans pitié.

                            Le recueil de sonnets, dans sa folle jeunesse,
                            Ne pouvait s’exprimer avec tant de finesse ;
                            Il ne connaissait rien, que trois mots d’amitié.



Illustration d'en-tête : toile de Juan Medina

3 commentaires:

  1. Réponses
    1. Sans vouloir vous vexer, mais, vous trouver cette image fors belle?

      Supprimer
  2. "Il ne connaissait rien, que trois mots d’amitié."

    Oui, mais quels mots ! Il n'est rien qui ne soit dit là-dedans. Il n'est rien au monde de plus beau. Tout le reste, c'est moins.

    RépondreSupprimer