dimanche 14 décembre 2014

Dame des houles

        Sur l’Armorique une voix
        Portée par la brise, tinte
        En traversant les grands bois ;
        Une voix jadis éteinte.

        La mer froide a des frissons ;
        Surtout quand du ponant viennent
        De la Dame les chansons
        Qui d’autrefois se souviennent.

        C’est une sirène d’or,
        Son dos, sa queue, sa crinière,
        Chaque partie de son corps
        Est un trésor de lumière.

        Chacun de ses mouvements
        Dévoile un fort caractère ;
        Que seront ses sentiments,
        Sinon ceux d’une panthère ?

                                                                          Ah, si cet être est fictif,
Cochonfucius                                                     Puisse ma chair vagabonde
                                                                          Rejoindre son corps lascif,

                                                                          Baigner dans sa lueur blonde !

2 commentaires: