lundi 8 décembre 2014

Conversation sur l'Univers

« Par l'espace l'Univers me comprend et m'engloutit 
comme un point, par la pensée je le comprends. » 
Blaise Pascal (1623-1662)

Pierrette Colas :
 
Depuis lors, les progrès de la science et des techniques ont pourvu l'homme de multiples moyens d'informations et de culture qui contribuent à lui apporter des éléments de formations, sans pour autant se substituer à ce qui lui est propre : génie créateur, esprit critique, ironie, non-conformisme.

Marc Sinniger :

L'aphorisme de Pascal me fait curieusement penser à ce que disait Lao Tseu : «Sans franchir ma porte, je connais l'Univers.» Une autre façon de dire qu'au milieu de nulle part, le Tout m'est accessible, par l'effet de la seule pensée, capable de considérer les choses autant que de se considérer elle-même et même de se considérer se considérant. C'est un peu comme si quelque chose de nous, de ce nous que l'Univers comprend et englouti, se trouvait ou se rattachait à quelque au-delà, dans le noumène, non pas au sens que lui donnait Platon de réalité intelligible, mais plutôt au sens où l'entend Husserl, c'est-à-dire une réalité intemporelle, indéfinissable, au mieux perceptible mais irréductible, sans que l'on puisse jamais la décrire avec des mots ou la cerner à l'aide de concepts. Et c'est sans doute par ce canal que les propriétés inaliénables de l'homme que tu évoques se jouent de tout ce qui autrement transforme le monde, la société, les mœurs, etc. Aldous Huxley, dans son ouvrage (bien moins connu que Le Meilleur des Mondes) La Philosphia perennis tient d'ailleurs l'ironie comme une des deux formes de l'intelligence à l'affût d'elle-même, l'autre étant le savoir.

La proposition de Pascal est intéressante car elle induit l'idée d'un équilibre (1), qui contient elle-même celle d'une équivalence. Il y a là comme une symétrie et, de fait, une unité axiale. En effet, le fait de comprendre l'Univers qui me comprend signifie également que je le contiens, ou plutôt que quelque chose de moi le contient, certes à une échelle différente mais non moins vaste, cela, bien évidemment, si nous entendons le verbe comprendre dans sa signification première : «prendre en soi». Le verbe con/naître employé par Lao Tseu renvoie d'ailleurs au même sens : «naître avec», c'est-à-dire accéder à la nature des choses, à leur origine donc, et par-là même, à leur essence. Comprendre l'Univers n'est pas rien car comment une finitude pourrait-elle saisir l'infinitude sans cet immuable en elle ? (2) Et n'est-ce pas cela même que nous cherchons, cette chose en soi que les physiciens s'obstinent vainement à vouloir trouver dans l'infinitésimal de la matière -la fameuse particule fondamentale- et les métaphysiciens dans l'absolue transcendance ? L'esprit et la matière, dissocié dans un ordre de perception lié au monde phénoménal, relatif, interdépendant et impermanent, sont les deux portes d'accès vers cet ultime irréductible. Il semblerait même que les forces en jeu dans ce monde s'opposent par ces deux pôles, à tort au demeurant, car l'un et l'autre ne sont que des degrés de l'un et l'autre.
Notes
Illustration d'en-tête : Nicolas Copernic (1473–1543), le savant humaniste qui a changé notre vision du monde en plaçant le Soleil au centre de l'Univers (peinture de Jan Matejko)
1. Pour Lanza del Vasto, «penser», de pensum, issu de pendere (poids) signifie «pendre, suspendre, peser». La pensée est donc cette suspension et cette balance, cette oscillation autour du centre, cette plongée ou portée dans le vide, de ce qui pèse. Il renvoie le verbe penser à celui de méditer, qu'il rapproche de médium : «milieu», de meditullus : intérieur, intime, et de metipse (me metipse) : «moi-même», donc «se tenir au milieu du dedans de soi-même».

2. Cette notion d'immuable résonne avec celle de vacuité, sujet central de la Prajnaparamita, (la Perfection de la sagesse) l'écrit le plus fondamental du bouddhisme Mahayana (Grand Véhicule) et dont l'élément le plus important est le Sutra du Cœur, un texte surprenant, insolite, voire déstabilisant. (voir le billet du 4 octobre 2014)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire