mercredi 5 novembre 2014

Un vent de poésie en 4e3

Les élèves de la 4.3 ont écrit récemment quelques vers dont la consigne était : "Vous évoquerez les sensations que font naître en vous le moment de la journée que vous préférez."

Grâce à quelques-uns de ces poèmes, tentons un essai d'alliance entre le pouvoir suggestif de l'art héraldique et celui de l'art poétique.

Poème de Mathilde C.

Le soir, je vous raconte de belles histoires.
Le soir, le soleil se couche au zénith.
Le soir, je révise mon histoire .
Le soir, les couleurs sont épiques.
 

Le soir, je regarde le soleil se noyer dans la mer.
Le soir, j'aime courir dans le parc et te voir sourire.
Le soir, je vois de ma fenêtre une grand-mère.
Le soir, je vois le soleil s'endormir. 

Coupé d'azur au soleil figuré d'or et de sinople au chat assis de sable contourné d'or, la tête posée de face.


Poème d'Aleksander Z.
Par les jours d'automne, j'irai dans les bois
Ramasser des feuilles et inspirer l'air.
Heureux, j'en sentirai l'humidité.
Je verrai la sombre clarté du ciel
La nuit tombée je me perds dedans moi
Car le vent caresse ma tête pleine de sueurs. 

De sinople à la feuille de tanné nervurée et contournée d'or.

 

Poème d'Héloïse F.-L.
La naissance de mon esprit imaginaire
Est lorsque ma conscience se libère
Dans un sommeil profond et reposant
Où luxe, calme et volupté sont présents.
La douceur des draps enveloppe la colère,
Semblable à la belle au bois dormant. 

Divisé en chevron d'azur et d'or, un chevron d'argent brochant sur la partition, ce dernier accompagné en pointe d'un lion léopardé de gueules.



Poème d'Alexandre P.

Le soir, les étoiles tombent et nous éclairent.

Le soir, elles nous parlent à cœur ouvert
Mais nous ne les entendons point du tout.
Elles sont si belles avec leurs grandes robes d'or.
En leur compagnie je m'endormis.
Je me réveillai, elles étaient parties.

Taillé de sable aux quatre comètes d'or posées en barre 1 et 3 et d'azur.

2 commentaires: