jeudi 13 novembre 2014

Quatorze blasons


D’argent à un fouillis de végétaux de sable ;
D’or à deux régiments de licornes d’azur ;
De sinople à deux trolls assis au pied d’un mur ;
D’hermine à un archange à peu près vénérable.  
D’azur à un pluvian au chant inimitable ;
De sable à un manchot roulant pour Balladur ;
De brique à deux savants dont l’un s’appelle Arthur ;
De plomb à deux seigneurs jouant cartes sur table.  
De laine à un sonnet de facture incertaine ;
De neige à cent corbeaux qui parcourent la plaine ;
De cuivre à trois chercheurs qui traquent les bosons.  
D’ivoire à un tercet qui scrute l’héraldique ;
De marbre à un seul vers dodécasyllabique ;
De papier, à un fou qui apprend le blason.

4 commentaires:

  1. Toute ressemblance avec des blasons existant ou ayant existé ne ferait que nous amuser.

    RépondreSupprimer
  2. En effet :-) J'espère que les héraldistes qui passent par là s'amuseront du moins de ce sonnet quelque peu irrévérencieux.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai du mal à suivre: trop de vers et trop de blasons pas vraiment en lien me semble-t-il, mais le vers "De papier, à un fou qui apprend le blason" résume bien l'ensemble du billet.

    RépondreSupprimer
  4. Voir aussi

    http://heraldie.blogspot.fr/2015/03/juxtaposition-onirique.html

    RépondreSupprimer