samedi 22 novembre 2014

Pastorale bacchique


Sous la ligne bleue des Vosges, au creux d'un vallon 
Qui s'ouvre grand sur la plaine de ma vieille Alsace, 
Est un cloître séculaire et secret jalon 
Où j'aime à poser mes pieds las et ma besace. 

Le lieu saint est d'excellente hospitalité ; 
Les moines y sont fort enjoués, point trop mystiques, 
Mais de bonne rencontre et de franche cordialité, 
Disciples de Bacchus et princes de la barrique. 

Bien plus que des frères, je les tiens pour proches parents. 
L'on y peut boire un vin blanc presque transparent, 
Frais comme une eau de source et servi dans une cruche. 

Après une courte oraison au bon Saint Morand, 
Moine de Cluny devenu patron des vignerons, 
Je repars dans le monde et ses chemins d'embûches.

2 commentaires:

  1. Une pieuse retraite
    --------------------------

    Je traîne la savate aux environs d'Albi ;
    Au bord de mon chemin je vois un monastère.
    Trois moines en latin chantent les vieux mystères,
    Besoin d'un quatrième, ils m'offrent un habit.

    De nos quatre gosiers, le grégorien vrombit,
    Et son enchantement se répand sur la terre ;
    Bientôt surviendra l'heure où l'on se désaltère,
    Moines toujours pour boire ont de bons alibis.

    Quand nous aurons bien bu, au plus chaud du dortoir
    Dans quatre lits carrés, dormant comme des loirs,
    Tous quatre nous ferons des rêves de chanoines.

    Demain, aux premiers feux du grand soleil radieux,
    A mes trois compagnons je ferai mes adieux.
    Sinon, au bout d'un temps, l'habit ferait le moine.

    RépondreSupprimer