dimanche 23 novembre 2014

La vie est une tartine



Lorsque j’étais marmot, j’aimais la confiture ;
J’aimais la quantité plus que la qualité,
Je pensais que c’était très bon pour ma santé.
Puis-je me pardonner cette désinvolture ? 

Or, le sucre et les fruits viennent de la nature,
Et le fruit est ce dont Dieu a voulu tenter
Le couple dont, je crois, vient notre parenté ;
Par quoi l’on voit que Dieu commet des forfaitures. 

Car, s’il eût tenté Eve avec de la moutarde,
Elle eût pu réfuter la logique bâtarde
Dont le méchant serpent farcissait son propos. 

Ainsi n’aurions besoin de nulle friandise
Et pourrions subsister sans nulle gourmandise,
Ayant notre désir, pour toujours, en repos.


2 commentaires:

  1. Un temps pour les aventures, un temps pour la confiture.

    RépondreSupprimer
  2. C'est très juste. Le temps pour la confiture, c'est un temps posé et apaisé. L'aventure est du dehors, la confiture du dedans. Cet art culinaire est surtout un art de vivre. Douceur et intériorité.

    RépondreSupprimer