vendredi 21 novembre 2014

La mer revient toujours au rivage

"Qui sait où vont les courants marins de la Toile ? Leurs rivages sont invisibles."


                          Ils vont où soufflent les vents, par le vaste globe, 
                          Avant de s'en revenir, chargés de soupirs 
                          Que le malicieux Éole partout dérobe 
                          Pour les ensuite semer dans l'air que l'on inspire.  

                          C'est ainsi, la mer revient toujours au rivage ; 
                          De ce qui advient il n'est rien qui ne soit dû. 
                          Le temps qui patine est le même qui ravage ; 
                          Le bien autant que le mal, tout nous est rendu. 

                          L'on croit marcher droit mais la terre est ronde ; 
                          L'on est plein de soi mais l'indifférence abonde. 
                          Qui demain saura encore que l'on a existé ? 

                          Pauvre mortel, de l'être tu n'es que l'ébauche ! 
                          De ce monde, ses plates vanités et viles débauches, 
                          Sauve-toi et jamais ne cesse de lui résister.

2 commentaires: