mardi 14 octobre 2014

Émaux et Métaux

Le dernier poème héraldique de notre poète de prédilection... Cochonfucius.

  – Jolis blasons de France,
Par nos seigneurs portés,
J’admire vos nuances
Et vos reflets dorés !
 – De quel droit nous admires,
Toi qui ne nous connais ?
N’avons rien à te dire,
Retourne à tes sonnets.


– Jolis blasons de France,
Laissez-moi demeurer ;
J’apprendrai la science
De vous bien blasonner.
 – Tu peux rester, rhapsode,
Nous allons t’affranchir ;
Avec règle et méthode,
Te ferons réfléchir.


 – Jolis blasons de France,
Merci de m’inviter,
Bientôt, sur vos nuances,
Vous me verrez chanter.

2 commentaires:

  1. Et nous comptons bien, cher poète, lire encore vos chants sur les jolis blasons de France. L'héraldique avait déjà ses hérauts, il lui manquait un barde.

    RépondreSupprimer
  2. La source d'inspiration est une vieille chanson, d'auteur inconnu :
    ---------------------------------

    — Gentils galants de France,
    Qui en la guerre allez,
    Je vous prie qu’il vous plaise
    Mon ami saluer.

    — Comment le saluerais
    Quand point ne le connais ?
    — Il est bon à connaître,
    Il est de blanc armé ;

    Il porte la croix blanche,
    Les éperons dorés,
    Et au bout de sa lance
    Un fer d’argent doré.

    — Ne pleurez plus, la belle,
    Car il est trépassé :
    Il est mort en Bretagne,
    Les Bretons l’ont tué.

    J’ai vu faire sa fosse
    L’orée d’un vert pré,
    Et vu chanter sa messe
    À quatre cordeliers.

    RépondreSupprimer