dimanche 19 octobre 2014

Bon Sang ! mais où est passé le Bon Sens ?

Aujourd’hui nous déplorons la disparition d’un ami très cher qui se nommait Bon-Sens et qui a vécu parmi nous pendant de longues années.

Personne ne connaît exactement son âge, car les registres de naissance ont été perdus il y a bien longtemps dans les méandres de la bureaucratie et de la bêtise humaine.

Mais on se souvient de lui pour certaines leçons de vie...
« La journée appartient à celui qui se lève tôt »,

« Il ne faut pas tout attendre des autres » et

« Ce qui arrive est peut-être de MA faute ».

” Bon Sens ” vivait avec des règles simples et pratiques, comme :

« Ne pas dépenser plus que ce que l’on a »,

et des principes éducatifs clairs, comme

« Ce sont les parents, et non les enfants, qui décident ».

Bon-Sens a perdu pied quand des parents ont attaqué des professeurs pour avoir fait leur travail en voulant apprendre aux enfants les bonnes manières et le respect. Un enseignant renvoyé, pour avoir réprimandé un élève trop excité, a encore aggravé l’état de santé de Bon-sens.

Il s’est encore plus détérioré quand les écoles ont dû demander et obtenir une autorisation parentale pour mettre un pansement sur le petit bobo d’un élève, sans pouvoir informer les parents de dangers bien plus graves encourus par l’enfant.

Bon-Sens a perdu la volonté de survivre quand des criminels recevaient un meilleur traitement que leurs victimes. Il a encore pris des coups quand cela devint répréhensible de se défendre contre un voleur dans sa propre maison et que le voleur pouvait porter plainte pour agression.

Bon-Sens a définitivement perdu sa foi quand une femme qui n’avait pas réalisé qu’une tasse de café bouillante était chaude, en a renversé une petite goutte sur sa jambe, et pour cela a perçu une indemnisation colossale.

La mort de Bon-Sens a été précédée par celle de ses parents : Vérité et Confiance, de celle de sa femme Discrétion, de celle de sa fille Responsabilité

ainsi que de celle de son fils Raison.

Il laisse toute la place à ses trois faux frères :

« Je connais mes droits »,

« C’est la faute de l’Autre » et

« Je suis une victime ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire