jeudi 25 septembre 2014

Cochonfucius : Chevalier inexistant (sonnet)

Le poète Cochonfucius, déjà évoqué dans un récent billet, comble un quasi vide en terme de poésie héraldique. Après Armes de la Muse, voici Chevalier inexistant, un sonnet qui se lit comme une fable. Ou est-ce le contraire ?

Son blason est d’azur à deux vaches placides.
Il n’exista jamais, ce noble Chevalier,
Aux lois de l’existence il n’a su se plier,
Ni aux plages d’ennui, ni aux amours torrides.

Il ne connut la soif aux campagnes arides,
Ni les maris jaloux croisés dans l’escalier,
Ni d’un doux serviteur les propos familiers ;
L’on ouvre son armure et l’on voit qu’elle est vide.

 


Calvino, cependant, à grands coups de pinceau
Fait vivre devant nous l’étrange jouvenceau ;
Fable pour notre temps, récit mélancolique.

Il ne va nulle part, ce redresseur de torts,
Mais en plus des bovins, son écu métallique
Arbore, lumineux, deux candélabres d’or.

4 commentaires:

  1. Merci à Italo Calvino, véritable mine d'inspirations.

    RépondreSupprimer
  2. Je vous découvre... J'aime beaucoup "Charmante hôtesse" :

    ...

    C’est le contraire d’un empire :
    Un assemblage de quartiers
    Où comme au village, on respire
    Un parfum de franche amitié.

    et aussi "Liberté de rêver" :

    ...

    Ou, si cette vie n’est qu’un songe intermittent,
    S’il n’est point de serpent, ni d’Ève, ni d’Adam,
    Qu’importent nos efforts, qu’importe ce poème ?

    Et tant d'autres, comme "Lune festive", "Celle qui m'a change de vie"... Merci pour cette poésie jubilatoire. Aurions-nous votre agrément pour publier de temps à autre l'une de vos compositions sur le blog Héraldie ?

    RépondreSupprimer