vendredi 22 août 2014

Industries manuelles pour doigts de fées

Dentelle, broderie, portrait miniature, peinture sur porcelaine, fabrication de fleurs artificielles et marquage-poinçonnage sur cuir sont des arts décoratifs manufacturiers mais également des activités de loisir dont certaines connaissent un regain d'intérêt. Tandis que d'un côté, on se laisse aller au consumérisme effréné, de plus en plus de personnes redécouvrent les vertus et la fierté du fait-main. 


La dentelle est une sorte de passement à jour, à mailles très fines. On obtient un tissu sans trame ni chaîne, généralement en fil de soie, de lin, de nylon ou de fibres plus riches selon les cas, exécuté par les dentelliers (ères) à la main ou à la machine, à l'aide de points semblables ou non formant un dessin, à bords dentelés ou non. Voir notre billet du 23 mai 2014 : Faites-le dans la dentelle.


 

La broderie est un art de décoration des tissus qui consiste à ajouter sur un tissu un motif plat ou en relief fait de fils simples, parfois en intégrant des matériaux tels que paillettes, perles voire pierres précieuses.



Le portrait miniature est l'art de reproduire sur une petite surface le portrait d'une personne. Il peut orner des objets personnels : bague, bracelet, tabatière, carnet de bal, etc. et utiliser différents supports et techniques de peinture. Elle s'offre en témoignage d'amour ou d'amitié. Historiquement, les peintres en miniature ont joué sur la définition ambiguë de leur art, par mode ou pour échapper aux contraintes des corporations. Leurs œuvres sont rarement signées.



La peinture sur porcelaine est une technique de décoration de la porcelaine blanche servant surtout (à l'origine) à masquer les défauts de cuisson. Je l'apprends en réalisant cet article. En France, il existait 14 manufactures :

- Porcelaine de Bayeux (fermée en 1952) ;
- Porcelaine de Bordeaux (1787-1790) ;
- Porcelaine de Caen (1797-1814) ;
- Porcelaine de Chantilly (1725-1870) ;
- Porcelaine d'Isigny (1839-1845) ;
- Porcelaine de Lille (1784-1817)
- Porcelaine de Limoges (en 2013, seuls quatre fours à porcelaine subsistent sur le territoire de la commune de Limoges) ;
- Porcelaine de Niderviller (créée en 1735) ;

- Porcelaine de Saint-Amand-les-Eaux (1705-1962) ;
- Porcelaine de Sèvres (créée en 1756) ;
- Porcelaine de Sologne, Groupe Deshoulières (créée en 1826) ;

- Porcelaine de Valentine (créée début du XIXe siècle) ;
- Porcelaine de Valognes (1793-1812) ;
- Porcelaine de Vincennes (créée en 1740 et transférée à Sèvres en 1956).



Fabrication de leurs artificielles

"Roses, camélias, lys, coquelicots et tant d’autres éclosent entre les mains habiles des fabricants de fleurs artificielles. Entièrement confectionnée à la main, chacune de ces créations porte en elle l’empreinte de celui qui l’a réalisée, revêtant ainsi le caractère unique propre à la fleur naturelle. Le fabricant de fleurs artificielles dispose d’un large éventail de matières. Pour les fleurs destinées à la décoration, il utilise différents tissus tels que le voile de coton ou de soie, la batiste, la mousseline... évoquant la légère- té des pétales ou bien le velours reproduisant leur velouté. Pour celles destinées à l’ornement de la toilette, le parurier floral (terme désignant le fabricant de fleurs artificielles spécialisé dans le domaine de la mode) doit prendre en compte la saison, s’adapter à la mode ou répondre aux exigences du styliste. Il utilise alors toutes sortes de matières : tissus (coton, soie, velours, tweed...), cuir, plumes, crin de cheval, papier, rhodoïd, vinyle..."  



Décoration sur cuir et poinçonnage

Il peut s'agir de marquage qui consiste à laisser une marque sur la surface extérieure du cuir ou de poinçonnage-perçage assimilé à du cisaillage de forme fermée ; c’est-à-dire découper des pièces dans un matériau, généralement de faible épaisseur à l’aide d’un poinçon et d’une matrice. La partie de matière enlevée est appelée débouchure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire