mercredi 2 juillet 2014

Tintin : les aventures apogryphes, parallèles et interdites

Nul personnage de bande dessinée n'aura autant inspiré les artistes et été autant pastiché que Tintin, le fameux reporter globe-trotter dont les aventures courent sous toutes les latitudes, à travers 24 albums. Archétype du jeune héros sans défaut ni tentation, immaculé, presque inhumain, Hergé lui a joint des personnages moins lissés, tels que le capitaine Haddock, le professeur Tournesol et les Dupondt. Mais rien n'y a fait, on restait sur sa faim au sujet de ce personnage et l'imagination allait bon train. Et bien que Tintin soit un grand voyageur aux prises avec toutes les criminalités, on le voulait encore plus partout et davantage impliqué dans les affaires troubles de ce monde. Certains albums pirates ont également spéculé sur la vie intime de Tintin. Les pasticheurs s'en sont donc donné à cœur joie et n'ont rien épargné à notre héros.


Tout d'abord, les couvertures des albums officiels, à titre de rappel, car beaucoup de pastiches s'en inspirent directement et les détournent parfois de manière assez surprenante. Cliquez sur les images pour les agrandir.


Et voici, sans ordre précis, un choix de plus de 300 couvertures...







































 























































































































Version Patrick Regnier
Planche d'Yves Rodier

Version U.S.A.





Planche 8a de l'Alph-Art








































































































 








































































































5 commentaires:

  1. Excellentissime !! moi qui suis fan de Tintin c'est du caviar !
    Belles trouvailles ! quel boulot ...
    bravo Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Herald Dick, en effet, quel boulot ! C'est un des nombreux dossiers en attente que j'ai enfin réussi à boucler. Encore n'est-il pas exhaustif, tant la tintinophilie a produit un océan de choses. Mais il y a là, je crois, l'essentiel des pastiches. Quelque part, on ne se remettra jamais de la disparition de Tintin qui nous frustre de tant d'aventures, bien que celles qui existent semblent inépuisables. Pour ma part, je les relis avec bonheur une fois par an depuis... pas mal de temps déjà.

      Supprimer
    2. En fait environ une centaine d'autres couvertures viendront compléter le présent billet.

      Supprimer
  2. alors , je suis impatient de voir la suite
    Marc, dis-moi , pour ma culture perso , tu as écris le mot APOGRYPHE ? avec un G
    c'est il un jeu de mots, entre apocryphe et Hippogriffe ou un néologisme de ton crû ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien ne t'échappe ! Merci de cette lecture attentive (qui, à vrai dire, ne me surprend pas). En effet, il s'agit bien d'un jeu de mots. Tous ces albums, pirates pour la plupart -sauf s'il s'agit d'hommages rendus à l'auteur- mettent en scène un Tintin hybride, entre le héros et l'antihéros. Certains vont même très loin dans l'altération du personnage d'Hergé, parfois même au point d'entrer dans la déviance. Mais bon, c'est la rançon du succès.

      Le billet est pratiquement complet. S'y ajouteront encore quelques éléments, notamment des planches. C'est assez impressionnant au final. Tintin est une source inépuisable d'inspiration. Preuve en est faite.

      Supprimer