mardi 8 juillet 2014

La pensée du jour : Démocrite (v. 460-v. 370 av. J.-C.)

 Il ne vaut pas la peine de vivre, si l'on n'a pas un bon ami.
Ce qui instruit les sots, ce n'est pas la parole, mais le malheur.
Un beau visage n'est souvent que l'étui d'une cervelle démontée.


 
Convention que la couleur, convention que le doux, convention que l'amer ; une réalité : les atomes et le vide.

L'amitié d'un seul homme raisonnable vaut mieux que celle de tous les gens déraisonnables ensemble.

Bien des gens qui paraissaient être nos amis ne le sont pas en réalité ; le contraire est vrai aussi.
Les sots se tournent vers les avantages de la fortune ; ceux qui les connaissent vers les avantages de la sagesse.

Pour l'homme, il convient de faire plus grand cas de l'âme que du corps. Car l'excellence de l'âme corrige la faiblesse du corps, mais la force corporelle, sans la raison, est absolument incapable d'améliorer l'âme.

La beauté du corps est un avantage digne des animaux, si l'intelligence ne la relève.

 


La conscience a été donnée à l'homme pour transformer la tragédie de la vie en une comédie.

Tu supportes des injustices ; console-toi, le vrai malheur est d'en faire.

En réalité nous ne savons rien, car la vérité est au fond de l'abîme.

Démocrite est un philosophe grec (v. 460-v. 370 av. J.-C.) qui a développé la théorie atomiste de l'Univers, dont la première formulation fut émise par son mentor, le philosophe Leucippe.

Ci-dessus, Démocrite, le philosophe rieur, tableau de Johannes Moreelse (vers 1630).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire