jeudi 10 avril 2014

Les enfants, ces demi-fous que nous tolérons parmi nous

Il est aussi vain d'écrire spécialement pour le peuple que pour les enfants. Ce qui féconde un enfant, ce n'est pas un livre d'enfantillages.

Marcel Proust (1871-1922), extrait de Contre Sainte-Beuve (publié à titre posthume en 1954)
[...] les gens tout à fait normaux sont rarement dans l'enseignement, et peut-être est-il naturel et préférable que les enfants, ces demi-fous que nous tolérons parmi nous, soient élevés par des originaux. 

(Michel Tournier, La jeune fille et la mort, Gallimard 2008)





On a grand tort de peindre la philosophie inaccessible aux enfants, et d'un visage renfrogné, sourcilleux et terrible. [...] Puisque la philosophie est celle qui nous instruit à vivre, et que l'enfance y a sa leçon, comme les autres âges, pourquoi ne la lui communique-t-on ?

Michel de Montaigne (1533-1592) penseur et homme politique français



Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à la Vie.
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne sont pas à vous.
Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées.
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez héberger leurs corps, mais pas leurs âmes.
Car leurs âmes résident dans la maison de demain que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux, mais ne cherchez pas à les faire à votre image.
Car la vie ne marche pas à reculons, ni ne s'attarde avec hier.
Vous êtes les arcs desquels vos enfants sont propulsés, tels des flèches vivantes.
L'Archer vise la cible sur le chemin de l'Infini, et Il vous tend de Sa puissance afin que Ses flèches volent vite et loin.
Que la tension que vous donnez par la main de l'Archer vise la joie.
Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, Il aime également l'arc qui est stable.

Khalil Gibran, écrivain libanais (1883-1931) Le Prophète



Douze Conseils de la police de Seattle, U.S.A.


La direction de la police de Seattle (Washington) vient de publier les Douze règles à appliquer pour faire de son enfant un « bon » délinquant :
1° Dès l'enfance donnez-lui tout ce qu'il désire. Il grandira ainsi en pensant que le monde lui doit tout.

2° S'il dit des grossièretés, riez, il se croira très malin.

3° Ne lui donnez aucune formation morale. Quand il aura 18 ans « il choisira lui-même »

4° Ne lui dites jamais : c'est mal ! Il pourrait faire un complexe de culpabilité. Et plus tard, lorsqu'il sera arrêté pour vol de voitures, il sera persuadé que c'est la société qui le persécute.

5° Ramassez ce qu'il laisse traîner. Ainsi, il sera sûr que ce sont toujours les autres qui sont responsables.

6° Laissez-lui tout lire. Stérilisez sa vaisselle, mais laissez son esprit se nourrir d'ordures.

7° Disputez-vous toujours devant lui. Quand votre ménage craquera, il ne sera pas choqué.

8° Donnez-lui tout l'argent qu'il réclame. Qu'il n'ait pas à le gagner. Il ferait beau voir qu'il ait les mêmes difficultés que vous.

9° Que tous ses désirs soient satisfaits : nourriture, boisson, confort, sinon, il sera « frustré ».

10° Prenez toujours son parti. Les professeurs, la police lui en veulent à ce pauvre petit !

11° Quand il sera un vaurien, proclamez vite que vous n'avez jamais rien pu en faire.

12° Préparez-vous une vie de douleur. Vous l'aurez !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire