Signes et Symboles – l'Image des Choses – Les Choses par l'Image - Et Ailleurs aussi...

Héraldie, qui traverse sa troisième année, est un blog essentiellement consacré à l'héraldique et à la mémoire de l'École Lacordaire, dans le 15e arrondissement de Paris. Cependant, il est largement ouvert sur tous les domaines : histoire, géographie, philosophie, littérature, symbolique, logotypie, chromolithographie, vexillologie, philatélie, numismatique, sigillographie, tyrosémiophilie, tégestophilie, oenographilie... mais aussi la musique, la peinture, la sculpture et l'art en général. Ce blog a donc aussi vocation à constituer une banque d'images (environ 20 000 à ce jour) et, idéalement, un portail vers toutes ces spécialités singulières.

"The whole of heraldry and of chivalry is in courtesy." – Ralph Waldo Emerson

mercredi 12 mars 2014

Virginia Woolf (1882-1941) : La vie est un rêve, c’est le réveil qui nous tue.


Vous", "moi", "elle", passons et disparaissons ; rien ne demeure ; tout change ; mais pas les mots, pas la peinture.

Chacun de nous a son passé renfermé en lui comme les pages d'un vieux livre qu'il connaît par coeur, mais dont ses amis pourront seulement lire le titre.

C’est écrire qui est le véritable plaisir ; être lu n’est qu’un plaisir superficiel.




Virginia Woolf (1882-1941) est une femme de lettres anglaise et une féministe. Pendant l'entre-deux-guerres, elle fut une figure marquante de la société littéraire londonienne et un membre du Bloomsbury Group. (groupe qui réunit un certain nombre d'artistes et d'intellectuels britanniques depuis les premières années du XXe siècle jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale).

Elle aurait de beaucoup préféré être de ces gens qui, comme Richard, faisaient les choses pour elles-mêmes ; alors qu'elle, se disait-elle en attendant de traverser, la moitié du temps, elle ne faisait pas les choses tout simplement, pour elles-mêmes ; mais afin que les gens pensent ceci ou cela ; et c'était complètement idiot (...) car personne ne s'y laissait prendre une seconde. Ah, si elle avait pu refaire sa vie ! (Mrs Dalloway, 1925)

L’avantage de vieillir, se disait-il, en sortant de Regent’s Park, son chapeau à la main, c’est tout simplement que les passions demeurent aussi vives qu’auparavant, mais qu’on a acquis – finalement – la faculté qui donne à l’existence sa saveur suprême, la faculté de prendre ses expériences et de les faire tourner, lentement, à la lumière.
(Mrs Dalloway, 1925)

C’était terrible à dire (il remit son chapeau), mais à son âge, cinquante-trois ans, on n’avait presque plus besoin des gens. La vie à elle seule, chaque seconde, chaque goutte de vie, l’instant présent, là, maintenant, au soleil, à Regent’s Park, cela suffisait. C’était même trop. Une vie entière, c’était trop court pour en faire ressortir, maintenant qu’on en avait la faculté, la pleine saveur. Extraire la moindre once de plaisir, la moindre nuance de sens, devenus, plaisir aussi bien que sens, beaucoup plus tangibles que jadis, beaucoup moins personnels. (Mrs Dalloway, 1925)

Je ne veux pas être "célèbre", ni "grande". Je veux aller de l'avant, changer, ouvrir mon esprit et mes yeux, refuser d'être étiquetée et stéréotypée. Ce qui compte, c'est se libérer soi-même, découvrir ses propres dimensions, refuser les entraves. (Une chambre à soi, 1929)
Invaincue, Indomptable, c'est contre toi, ô mort que je m'élance. (Les Vagues, 1931)
Portrait de Virginia Woolf par George Charles Beresford en 1902

1 commentaire: