Signes et Symboles – l'Image des Choses – Les Choses par l'Image - Et Ailleurs aussi...

Héraldie, qui traverse sa troisième année, est un blog essentiellement consacré à l'héraldique et à la mémoire de l'École Lacordaire, dans le 15e arrondissement de Paris. Cependant, il est largement ouvert sur tous les domaines : histoire, géographie, philosophie, littérature, symbolique, logotypie, chromolithographie, vexillologie, philatélie, numismatique, sigillographie, tyrosémiophilie, tégestophilie, oenographilie... mais aussi la musique, la peinture, la sculpture et l'art en général. Ce blog a donc aussi vocation à constituer une banque d'images (environ 30 000 à ce jour) et, idéalement, un portail vers toutes ces spécialités singulières.


La lecture, résurrection de Lazare, soulève la dalle des mots. (Georges Perros 1923-1978)

jeudi 27 mars 2014

Quand lui, quand moi



Quand lui n'achève pas son travail,
je me dis, il est paresseux.
Quand moi, je n'achève pas mon travail,
c'est que je suis trop occupé, trop surchargé.

Quand lui parle de quelqu'un,
c'est de la médisance.
Quand je le fais,
c'est de la critique constructive.

Quand lui tient à son point de vue,
c'est un entêté.
Quand moi je tiens à mon point de vue,
c'est de la fermeté.

Quand lui prend du temps pour faire quelque chose,
il est lent.
Quand moi je prends du temps pour faire quelque chose,
je suis soigneux.

Quand lui est aimable,
il doit avoir une idée derrière la tête.
Quand moi je suis aimable,
je suis vertueux.

Quand lui est rapide pour faire quelque chose,
il bâcle.
Quand moi je suis rapide pour faire quelque chose,
je suis habile.

Quand lui fait quelque chose sans qu'on le lui dise,
il s'occupe de ce qui ne le regarde pas.
Quand moi je fais quelque chose sans qu'on me le dise,
je prends des initiatives.

Quand lui défend ses droits,
c'est un mauvais esprit.
Quand moi je défends mes droits,
je montre du caractère.

Pierre Descouvemont, Guide des difficultés de la vie quotidienne

12 commentaires:

  1. Difficile pour lui, pas facile pour moi !

    RépondreSupprimer
  2. quand il pense aux autres, moi je ne partage pas!

    RépondreSupprimer
  3. un conseil: voir le film Topaze de Marcel Pagnol...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, c'est une histoire de corruption par l'argent. L'éternel cycle de la vénalité qui se cherche une caution morale. Pagnol fait prononcer par son héros devenu riche et puissant une cynique apologie de l’argent qui est en réalité une condamnation sans appel de celui-ci, car on sent bien qu’il nous invite à prendre exactement le contre-pied. Le procédé s’apparente d’assez près à celui mis en œuvre dans Dom Juan, où nous voyons le débauché métamorphosé en dévot feindre de vanter - tel un Tartuffe qui vend la mèche - les nombreux avantages de l’hypocrisie religieuse, afin de mieux la dénoncer et la flétrir. Un film que j'ai vu et revu maintes fois. Un bon conseil en tous les cas.

      Supprimer
  4. Alors se n'est pas la femme qui cherche l'argent chez l'homme avant les sentiments.
    Vos propos en classes!

    RépondreSupprimer
  5. Avant, pendant ou après, la plupart des histoires "fleur bleue" finissent en intrigues "carte bleue". C'est à la fois un tropisme et un truisme.
    "Pour se procurer de l'argent, rien de plus ingénieux qu'une femme." (Aristophane)
    Mais est-ce bien le propos ?

    RépondreSupprimer
  6. quand on cache pour les autres, alors on se sert!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est ainsi que l'on se révèle. Dans le fond, tout cela n'est qu'une vue de l'esprit et une interprétation un peu à l'emporte-pièce de la réalité. Réductrice en tous les cas. Mais bon, chacun voit midi à sa porte, cherchant souvent ce midi-là à 14 heures pour, au final, se retrouver dans la 25e heure, la plus longue. La plus incertaine aussi, car hors cadran. J'ai passé un long hiver à méditer sur le sujet. J'en ai d'ailleurs fait l'objet d'un roman que je suis en train de terminer.

      « Rien n'est jamais vain, pour peu qu'on en fasse un objet de connaissance. Les chemins de l'évolution sont souvent bien étroits et nous mettent parfois sur le fil du rasoir. À chaque croisée de chemins s'offre à nous le choix d'aller à gauche ou à droite. Chacun est toujours placé face aux épreuves qui correspondent à ses points de faiblesse, donc à son travail d'évolution. Ces épreuves nous soumettent aussi à de redoutables tentations. La première porte de l'enfer est toujours fleurie... » (extrait du chapitre "Nage en eau trouble")

      « Les personnes que nous rencontrons, les événements que nous vivons sont les instruments que notre destin personnel place sur notre chemin de vie. Ils sont destinés à éveiller notre conscience, à nous connaître, à nous révéler à nous-mêmes. Il savait que, dans le fond, on n'a jamais affaire qu'à soi-même, par autrui interposé. Ne pas le saisir, c'est laisser la relation perdurer dans son quiproquo, la laisser s'atrophier dans sa superficialité. » (extrait du chapitre "Une odeur de savon").

      Supprimer
    2. alors regarde bien devant ta porte!

      Supprimer
    3. C'est déjà fait. Mais un bon conseil est toujours bon à prendre.

      Supprimer