jeudi 21 mars 2013

L'alphabet de Grasset : la lettre J




Le 20 mars, le Soleil passe dans la constellation du bélier puis dans celle du taureau le 20 avril. Les cornes du bélier, par leur forme en spirale, symbolisent l'élan vers la vie, l'éternel recommencement, c'est-à-dire le printemps à son aube : les graines enfouies dans le sol durant l'hiver commencent leur germination, les bourgeons se forment et gonflent peu à peu. La vie peut reprendre de toute son ardeur. Le bélier est en effet un signe de feu.

Ci-contre, le Bélier selon Johfra Bosschart (1919-1998), artiste peintre hollandais, qui écrit au sujet de son tableau : "J'ai voulu mettre l'accent sur le fait que le développement à travers les douze signes commence avec Aries. C'est pour cette raison que j'ai choisi de dépeindre le bélier primitif. Certains natifs du Bélier se trouvent évidemment à un niveau plus élevé. Ce sont des esprits plus mûrs dont la nature Aries est plus avancée dans l'évolution. Néanmoins, en raison de son premier départ, le bélier est dépeint ici en plein mouvement, ce qui le caractérise : il fonce aveuglément à travers tous les obstacles. Ce n'est pas toutefois un bélier ordinaire et irresponsable. C'est le fameux bélier de la mythologie grecque dont Ia Toison d'Or a ete conquise par les Argonautes sur le féroce dragon qui en avait la garde. Etroitement lié à Mars, sa planète dominante, il passe en courant, inconscient de son environnement, entièrement enfermé sur lui-même. Le guerrier est Mars, dieu de la guerre. II est armé de pied en cap et cependant son épée est dans le fourreau. Il n'est pas venu pour détruire ; en fait, de sa main droite, il brandit une torche enflammée. Ici, il est Prométhée, porteur de lumière. II suscite et entretient le feu de l'enthousiasme. Le bélier apporte l'élan d'un nouveau début. II est le pionnier. Les vieux édifices de l'ordre établi s'écroulent. Une ouverture est faite à de nouveaux développements." (1975)
Le Bélier vu par Hans Peter Kolb, artiste allemand

Ci-contre, le Taureau selon Johfra (1975) qui écrit : "Le Taureau est un signe de terre. Vénus est sa planète dominante. C’ est un signe négatif : la terre en génération. Quand le soleil séjourne dans cette maison, une nouvelle vie apparaît. J’ai dépeint l’action, l’élan et le mouvement incontrôlé du premier signe positif Aries, le Bélier, j’aborderai maintenant la passivité et la sensibilité caractéristique de Taurus, le signe suivant. Sous ce dernier la substance est moulée en matière, la base de la vie. J’ai tenté de mettre l’accent sur la nature fertile et luxuriante de ce signe.
Sous le signe du Taureau tout est harmonie et paix grâce à Vénus, sa planète dominante. Le sommeil de Mars manifeste sa soumission. J’ai doté ce signe de deux figures symboliques : l’une est Apis, l’Egyptienne, l’autre est Jupiter sous la forme du taureau, forme qu’il assume pour enlever Europe. Ici Europe est une des représentations de Vénus. Elle porte une magnifique ceinture autour de la taille et maintient une lampe allumée ; ce sont les «armes magiques» que lui attribue la Kabbale. Le voile transparent dans lequel elle se drape suggère le règne végétal. 
J’ai choisi le taureau Jupiter parce que la planète Jupiter gouverne aussi la croissance dans le règne végétal. Vénus porte une guirlande de sept roses rouges. La rose est la fleur de Vénus et il y en a sept parce que c’est le nombre de Vénus (Netsah) dans sa position comme septième sephira sur l’ Arbre de Vie de la Kabbale. C’est aussi la raison pour laquelle le signe de Taurus (au centre du bas de l’image) est figuré sous la forme d’une étoile à sept pointes, représentant le coeur d’une rose héraldique.
La planète Vénus, l’étoile du matin, brille sur la tête de la déesse. L’ Amour ou Eros, l’enfant de Mars et de Vénus, traverse le ciel menant avec lui deux blanches colombes, oiseaux consacrés à Vénus .
Cet enfant gouverne l’amour. Il est en effet le fruit d’une harmonieuse interaction entre des pôles opposés. La seconde carte du Tarot est située à l’arriere-plan : c’est la grande prêtresse Isis apparentée au signe du .Taureau. A cause de sa mort et de sa renaissance, elle représente le mystère voilé de la nature. Elle porte une triple couronne qui montre la lune dans ses trois phases : croissante, pleine et décroissante.
La croissance est en effet influencée par la lune. Ceci explique également le croissant de lune à ses pieds. Elle est assise sur un trône à baldaquin ; le tympan repose sur deux piliers kabbalistiques: à droite, le pilier de la force Yackin, en marbre rouge, à gauche le pilier de la forme Boaz, en marbre noir. Le tympan équilibre et relie les deux principes. Sur la poitrine de la grande prêtresse, une croix symétrique figure les quatre éléments qui constituent la base de la révélation matérielle. Dans son giron, à demicaché par ses vêtements, se trouve la Torah, la loi qui, à ce niveau du développement, ne peut encore être entièrement comprise.
Ceux qui sont nés sous le signe de Taurus font preuve d’un amour spécial pour toutes les choses terrestres. Ils ont aussi le sens de l’harmonie et de la beauté dans la nature aussi bien que dans l’art. C’est le principe qui m’a inspiré dans la décoration du cadre, composé de somptueux cartouches rococo en cuivre, le métal de Vénus. Dans ce cadre j’ai placé les signatures magiques suivantes concernant les différents aspects de Vénus. A partir du côté gauche, de haut en bas on trouve le sceau planétaire, au-dessous le sceau de l’intelligence planétaire Haziel. Puis le sceau de l’esprit planétaire Kedemel et, au-dessous, la signature astrologique de Vénus.

Dans l’angle supérieur droit figure le sceau de l’esprit planétaire olympien, Hagith. Au-dessous, les divines lettres de Vénus, ensuite le sceau de l’ordre des anges appartenant à cette planète, les Principautés et encore en dessous Ia signature d’Asmodel, l’ange de Vénus qui habite la maison de Taurus ; puis une autre signature d’Asmodel, cette fois en sa qualité d’ange gouvernant le mois de mai ; dans le même cartouche, tout en bas, se trouve la signature d’ Anael, qui régit aussi le mois de mai."

Le Taureau selon Hans Peter Kolb

Johfra Bosschart
(biographie, cliquez sur la photo) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire