dimanche 7 octobre 2012

La Boîte De Crayons de Couleur

Un texte de Régine Detambel



   Plate imitation d’arc-en-ciel, la Boîte De Crayons De Couleur n’est jamais longtemps maintenue dans l’ordre immuable du spectre. C’est ainsi pourtant qu’on la vend et c’est ainsi qu’on la découvre, vraie palissade en trois dimensions, géométrique et disciplinée. Après quelques semaines d’usage, déjà l’arc est oublié, le ciel et la lumière n’ont plus rien à voir avec la Boîte où l’on a classé, par goût, les Crayons inégalement affûtés. Toutes les couleurs ternes, fades, les au-delà, les en deçà, les moroses, les inutiles, les inférieures, les inavouables, les invraisemblables sont rangés à l’écart et font un amalgame aussi sale que la pâte à modeler vingt fois pétrie. Par exemple un Crayon gris, un violet, un marron, un noirâtre, un bleui, un verdi, sont rassemblés, pointus, presque intouchés, longueur initiale, dans le petit ghetto des laids.

    Mais sur l’autre bord : jaunes de Venise, rouges de gondole, verts de mousse bleus, tout cela sert et s’est usé. Extraordinaire éventail de plumes de perroquets. Souvent, le fond de la Boîte De Crayons De Couleurs est tapissé d’un carton fin, gaufré, ondulé au moule pour lui donner la faculté de recevoir et séparer chacun des Crayons. Ce carton est généralement couvert de pointillés multicolores, produits quand les Crayons dérapent en réintégrant leur case. Nappe couverte de taches d’après-dîner, où culminent les vins, les œufs, les soupes au herbes et le curaçao.

Régine Detambel – Graveurs d’enfance, Gallimard 2002

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire