mercredi 9 mai 2012

Héraldique et symboles : la main

Les meubles sur un blason peuvent comporter des images figuratives ou symboliques. Par exemple, le signe du Verseau peut prendre la forme d'un personnage versant de l'eau ou alors celle, stylisée, de deux lignes brisées parallèles. De toute manière, tout ce que comporte un blason est par nature symbolique puisque nous sommes dans la représentation. Voici donc un petit recueil des symboles qui mettent en figure la main.

Si les juifs étaient les premiers à adopter la Main Hamsa contre le mauvais oeil, on la trouve couramment dans les maisons musulmanes et même chrétiennes, plus particulièrement dans les pays orientaux. La main Hamsa est appelée Main de Fatima (Fatma) chez les musulmans et Main de Myriam ou de Hamesh dans la tradition juive. En effet, Hamsa est un mot issu de l'hébreu "hamesh" qui désigne le chiffre 5 qui symbolise l'homme (à l'instar de l'étoile à 5 branches dite pentagramme). Le 5, c'est un peu la recherche de la quadrature du cercle. Et si on observe bien le chiffre, on constate qu'il est formé d'un demi carré et d'un demi cercle...

La Main Ahimsa est l'emblème du Jaïnisme, une religion fort ancienne de l'Inde. Elle symbolise le réconfort moral, la compassion et, d'une manière générale, la non-violence.


Représentations dans l'héraldique traditionnelle


Main appaumée ou Main de Bénédiction

Blason de la ville de Manosque (Provence)
"Écartelé d’azur et de gueules 
à quatre mains appaumées d’argent."

Blason de Ménigoute (Deux-Sèvres, Poitou-Charentes)

Coupé : au 1) palé de sinople et d’argent, les pals de sinople chargés d’une main dextre appaumée de carnation, au 2) de sinople à la couronne comtale d’or ; à la fasce de gueules brochant sur la partition

Main de justice

La main de justice est parfois décrite comme bénissante dans certains blasonnement (Ribeauvillé en Alsace).

Blason de la ville d'Étrepigney (Franche-Comté)
"D'azur au dextrochère habillé, posé en pal, la main bénissante, le tout d'argent, accompagné à dextre d'une feuille de chêne d'or et à senestre d'une cruche à anse du même."

Blason de Le Mayet-d'École (Allier) : D’azur semé de fleurs de lis d’or, à la croix pattée à huit pointes d’argent brochante, à l’écu d’or chargé d’une main bénissante de carnation posée en pal, l’écu brochant sur le tout en abîme.

Ribeauvillé (Haut-Rhin, Alsace)
D'argent à la main bénissant de carnation posée en pal et habillée d'azur, 
accompagnée de trois écussons de gueules, deux et un.

Toulouges
(Pyrénées-Orientales, Languedoc-Roussillon) 
De sinople à la main dextre bénissante parée d’or
 posée en fasce, brochant sur un cercle d’argent.

Sur les blasons, la main de justice est le souvent représentée au bout d'un sceptre. Historiquement, c'est Louis IX qui fut le premier à arborer ce symbole proprement royal lors de son sacre le 29 novembre 1226.

Blason de la ville de Nohanent (Auvergne)
"Parti, au premier d'or à la hure de sanglier de sable défendue et allumée d'argent, au second de sinople à la fasce ondée d'argent, à la main de justice d'or brochante en pal, au chef de gueules chargé d'un croissant d'argent accosté de deux étoiles du même."

La foi

En héraldique, la foi désigne deux mains se serrant l'une l'autre. Quand le tissu de la manche est d'un émail différent, on dit qu'elle est vêtue.
Blason de la ville de Saint-Menges (Ardennes)
"De gueules à la foi de carnation vêtue de sable."

Blason de J. Rittiner
"De gueules, à l'épée la pointe en bas d'argent garnie d'or, la pointe passant derrière une foi d'or, adextrée d'un livre d'argent aux pages d'or et au fermoir de même, chargé d'une croix latine du champ, et senestrée d'un rencontre de loup d'or allumé aussi du champ ; au chef cousu d'azur chargé d'une couronne d'or accostée de deux colombes essorées et affrontées d'argent."

Blason de la ville de Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône)
"D'azur à la foi d'argent mouvant des flancs, accompagnée, en chef, d'une couronne d'or et, en pointe, d'une tête de lion arrachée du même lampassée de gueules."

Blason de la ville de Sainte-Foy (Landes)
De gueules à une foi alésée d'argent, 
au chef cousu d'azur chargé de trois étoiles aussi d'argent.

 Bras coupé et bras vêtu coupé

Bras courbé coupé et bras courbé armé coupé


En héraldique, un dextrochère est un bras droit représenté plus ou moins vêtu, tenant le plus souvent une épée. Il est parfois figuré mouvant d'un nuage d'argent.
Blason de la ville de Fontenelle (Territoire de Belfort)
"Écartelé : au 1 et 4 d’azur au lion d’or, au 2 et 3 de gueules au dextrochère paré d’argent mouvant du flanc senestre tenant une massue d’or incliné en barre."

Blason de la ville de Charleville-Mézières (Ardennes)
"D'azur au dextrochère de carnation mouvant du flanc senestre d'une nuée d'argent, armé d'une épée haute d'argent à la garde d'or, entre deux rameaux, l'un en bande à dextre de palmier, l'autre en barre à senestre d'olivier, de sinople, la pointe de l'épée surmontée d'un soleil d'or, au chef cousu de gueules à deux râteaux d'or."


Autres symboles
 Le poing levé symbolise la posture révolutionnaire.


Le pouce levé ou le pouce baissé est un geste de la main dans lequel le poing est tenu fermé et le pouce pointé vers le haut ou le bas; il est utilisé dans la vie courante respectivement en signe d'approbation ou de désapprobation.

 Main de prière dite encore du pénitent.

Signe satanique dit encore signe des Illuminati

Selon les théories du complot, les Illuminati sont une organisation conspiratrice supposée, agissant dans l'ombre du pouvoir, contrôlant prétendument les affaires du monde au travers des gouvernements et des grandes multinationales et visant à l'établissement du Nouvel Ordre Mondial. Ce serait aussi un signe de reconnaissance occulte et on l'a vu faire par maints hommes politiques de la planète...
Le doigt d'honneur

Les origines de ce geste sont très incertaines, mais elles sont probablement vieilles de plusieurs milliers d'années. Il est appelé digitus impudicus (« doigt insolent ») dans des textes de la Rome antique, et on y fait référence dans la comédie d'Aristophane, Les Nuées. On en parle en tant que geste utilisé pour insulter. L'usage très répandu du doigt d'honneur est probablement dû à la grande influence géographique de l'Empire romain et de la civilisation gréco-romaine.


Voici un blason plutôt surprenant, trouvé dans l'Armorial d'Hozier (1696) Vol. IV p. 252

Une histoire populaire raconte que les archers anglais agitaient deux doigts tendus devant les Français pendant la Guerre de Cent Ans, mais elle serait en fait liée aux origines du signe V, aussi très incertaine, et non au doigt d'honneur. Sans apporter de preuve à charge ou à décharge de ces théories, l'origine possible tiendrait à l'adoption par les troupes professionnelles anglaises du puissant arc anglais utilisé d'abord par leurs adversaires du pays de Galles. Le choix de cette arme leur conférait une telle supériorité face à la cavalerie et aux arbalétriers français, que ceux qui étaient capturés voyaient leur majeur amputé afin de ne plus pouvoir tirer à l'arc. Aussi, par provocation, avant les batailles, ils auraient agité le majeur en direction des troupes françaises dans l'idée de dire « Venez-donc les chercher ». Il semblerait que ce geste ait été repris des Gallois eux-mêmes, à l'époque où ils affrontaient l'Angleterre.

Source : Wikipedia
Le Cladagh Ring
symbole traditionnel irlandais d'amitié et de loyauté


L'alphabet scout