mardi 24 janvier 2017

Cochonfucius et le rêve: un nuage

 
Image de Pierrette


J'ai rêvé que j'étais devenu un nuage,
Et je me nourrissais de photons savoureux
Tout en accompagnant les vents aventureux
Qui m'avaient éloigné de la mer et des plages.

Tout était nouveauté, en ce premier voyage,
La ville minérale ou le bocage ombreux,
L'aigle en sa solitude ou les humains nombreux,
Et les mille détails de chaque paysage.

Mais ma force a décru, soudain, l'autre matin.
Il manquait la moitié de mon corps de satin
Et, presque à chaque instant, je perdais quelques grammes.

C'est notre sort à tous, prenons-le patiemment,
Nuage pour toujours n'est pas au firmament,
Aux jardins franciliens je déverse mon âme.


_____

D'azur au nuage d'argent accompagné de quatre aquilons d'or, deux en chef affrontés, deux en pointe adossés

La complainte du rat conteur*




Arras (d’Hozier)** (1)

Oyez, mes bonnes gens! Ecoutez les tourments
Du rat qui désespère de paraître charmant.
On lui attribue tous les plus vilains défauts,
Alors que le rat est le prince des animaux.

Quand il s’est enrichi…On parle de rat doté;
Quand il s’est appauvri…On parle de rat pelé;
Quand il n’est pas lavé…On parle de rat taché;
Quand il se laisse aller…On dira rat porté;
Quand il est économe…On dit pingre comme un rat;
Quand il est en tutu…Un rat de l’opéra;
Quand il joue au rugby…C’est bien un rat botteur;
Quand il veut faire sa toile…C’est comme un rat tisseur;
Quand il est bien bloqué…Il est fait comme un rat;
Quand il est enfermé…C’est dans un nid à rats;
Quand il n’est pas vaillant…On parle de rat molli;
Quand il est un peu tiède…On parle de rat fraîchi;
Quand il est démuni…On voit le rat quêteur;
Quand il s’énerve un peu…On craint le rat batteur;
Quand ils sont mélangés…C’est des rats pas triés;
Quand ils sont distancés…On parle de rats menés;
Quand il est kinési…C’est bien le rat masseur;
Quand il est insistant…On parle de rat colleur;
Quand il devient brigand…C’est dans un trou à rats;
Quand il se sent malade…C’est par la mort aux rats;
Quand il donne des cadeaux…C’est bien un rat doteur;
Quand il couvre un camion…On parle de rat bâcheur;
Quand il est un peu fou…On dit un rat jouté;
Quand il est cul-de-jatte…On parle de rat baissé;
Quand il est bien rural…On dira rat des champs;
Quand il est cuisinier…On parle de rat goûtant;
Ou sur un pédalo…On parle de rat d’eau;
S’il se lève de bonne heure…On dira un rat tôt;
Quand il nous vient d’afrique…On parle de rat dit noir;
Un insomniaque idiot…Il sera rat con tard;
Quand il donne sa chemise…C’est bien un rat d’église;
Ou s’il monte avec elle…On dira rat d’hôtel;
Quand il fut énervé...C’est le rat fit ce tollé.
Publié en 1992 dans Trucs imbéciles (3)



Arras évêché (d’Hozier)*** (2)


(1) D’azur, à la fasce d’argent, chargée de trois rats de sable et accompagnée en chef d’une mitre d’or et en pointe de deux crosses passes en sautoir du même


(2) D’or, à deux crosses d’argent adossées en pal, orlé de neuf rats de sables


(3) Tout s'explique!!


Sources:
* perdy.archibald.over-blog.com/
** euraldic.com/
*** forum.tempsdesherauts.com/

Fractales



 Image de Pierrette


Partie à l’image du tout
Infiniment morcelée
En pétales multicolores
Eparpillée en sa complexité
Réunie dans sa simplicité
Prisme aux mille éclats de miroir
Mathématique vertigineuse
Ensemble dont chaque grain de sable
 Inclut tous les savoirs
Toutes les inconnues
Effigie évanescente
Multiple et mystérieuse
Immortalité en la répétition
Intrication de l’ange et du démon
Du sage et du fou
Cristaux de neige sur l’aile du cygne
L’incantation révèle  les quatre horizons
Rassemble les visages dispersés
En paysages majestueux  
Disperse l’ombre et la lumière
En harmonie amoureuse
Offerte à mon regard émerveillé

Luciole 

_____

D'or aux quatre fougères fractales de sinople

L'intelligence du coeur




Non! il n'y a pas de faculté appelée
Raison puisque l'intelligence prête son
Concours aussi bien à ce qui sert la raison
Qu'à ce qui sert la déraison. L'activité

De l'être humain est donc sous le contrôle d'un
Principe qui est le principe même de
Nos désirs, pensées, volontés, qui vers un point
D'équilibre nous mène, un niveau dont on ne

Doit pas s'écarter, celui de la tension
Vitale. Impossible de le supprimer ni
Même de l'amoindrir, ce principe établit

Le contact entre la représentation que
Nous nous faisons de nous-mêmes avec celle que
Nous nous faisons des autres. On le nomme: le coeur.

Pierrette

_____

D'argent au lévrier de sable

Le recueil de JR: Au Hasard du Web

lundi 23 janvier 2017

Les particules élémentaires


image de l’auteur

Le premier ange a fait sa cabane en protons,
Mais l’ange Lucifer, adversaire perfide,
Déversa sur les murs des neutrinos limpides,
Et le tout s’écroula dans un flux de photons.

Le deuxième a construit un refuge en neutrons ;
Mais le rusé Satan les a rendus rapides,
La charpente en neutrons ne resta pas solide,
Ils sont allés danser autour d’un cyclotron.

Or, le troisième a fait un mur en quarks massifs ;
Une armée de démons, attaquant ces fortifs,
Y perd son enthousiasme et se brise les cornes.

J’en conclus que, quand même, il est fort important
D’apprendre à fréquenter, quand on en a le temps,
Ces charmants éléments dont le grand vide s’orne.

Druillesque


image de l’auteur

Sur ta planète aux longs hivers,
Bercé de nostalgies naissantes,
Robot à l’âme évanescente,
S’engourdit ton cerveau de fer.

Pourras-tu naviguer encore ?
Tous tes câbles sont emmêlés,
Ton regard est un peu voilé ;
Adieu, vaisseaux couleur d’aurore.

Or, pour abriter ta torpeur,
Nous t’offrons une nef de marbre ;
Notre nécropole et ses arbres
Te nomment invité d’honneur.

Le recueil de Luciole

La renarde



 Image de Pierrette


Je danse sous la lune à l'heure du hibou
Ma parade d'amour j'avance à pas de loup
Je suis ta vie sauvage je suis son coeur secret

Je suis cette renarde qui te cherche et te fuis
Je suis l'éclair jailli dans le creux de la nuit
Je danse sous la lune à l'heure du hibou

Le vent est mon ivresse quand je cours sur la lande
Et cherche la caresse imprégnée de lavande
Je suis ta vie sauvage je suis son coeur secret

Sous l'ombre du taillis j'avance à pas feutrés
Le soleil ruisselle sur mon pelage moiré
Je danse sous la lune à l'heure du hibou

Mes petits se culbutent jouent dans les bosquets
Aux éclats de lumière enfants de la forêt
Je danse sous la lune à l'heure du hibou
Je suis ta vie sauvage je suis son coeur secret
 
Luciole 
 
_____
  
Coupé de sable  à la chouette d'argent posée sur une branche d'or et de sinople à la 
renarde rampante d'or aussi

dimanche 22 janvier 2017

Arbre à vent

 
image de l’auteur


Cet arbre à son devoir jamais ne se soustrait ;
Son souffle merveilleux produit le vent qui vole
Et fait aux alentours danser les herbes folles,
Sublime inspiration pour des peintres abstraits.

On l’entend, certains soirs, prononcer des paroles
Comme pourrait le faire un promeneur distrait ;
De la brise invisible il brosse le portrait,
Ou chante les exploits de la tornade folle.

Branches de ce bel arbre où les vents font leur nid,
Je sais que vos rameaux croissent à l’infini ;
Encore vous avez de longs siècles à vivre.

Végétal ou zéphyr, lequel plus longtemps vit ?
La mort, c’est bien possible, ensemble les ravit,
Quand la friche, autour d’eux, disparaît sous le givre.

Ici nous entendons les anciennes paroles


image de l’auteur

Ici nous présentons le vaillant justicier
Affrontant les seigneurs des régions souterraines ;
Puissante est sa magie, on croit le supplicier
Mais il renaît d’un fruit porteur de bonnes graines.

Le coyote et le chat, le corbeau, la perruche
Ont façonné, par jeu, quelques êtres humains ;
Ils auraient bien pu faire un lézard, une autruche,
Mais ce sont nos parents qui sortent de leurs mains.

Tel est le document de notre antiquité ;
On doit le faire apprendre aux enfants des écoles,
Car nous ne laissons point le passé nous quitter,
Nous avons souvenir des anciennes paroles.

Cochonfucius et le rêve: une formation


Image de Pierrette


                                   En rêve, j'accomplis un stage pour être ange.
                              Suivre la voie du bien, chaque heure, chaque instant,
                                   Surveiller les mortels, auprès d'eux voletant,
                                Contrôler leur boisson, vérifier ce qu'ils mangent,

                                   Voir s'ils n'adoptent pas des positions étranges,
                                  Surtout, s'ils pensent bien à se brosser les dents,
                                    Eviter qu'ils ne soient d'un poison dépendants,
                                   Faire que leurs efforts soient dignes de louange...

                                      Je n'étais point taillé pour pareille aventure,
                                        Et ma mission finit dans la déconfiture ;
                                     D'ailleurs, je m'y étais quelque peu attendu.

                               Braves mortels, pécheurs, que le serpent vous garde,
                             Il comprend mieux que moi où vos coeurs se hasardent,
                                    Moi qui par vos façons fus toujours confondu. 


Cochonfucius 

______

De gueules au Kong Baiji ailé d'argent, vêtu d'une tunique du même et de sable

L'âme et les passions (suite)



 Blason d'Arbonne


Rien ne peut empêcher la passion de
Surgir. Elle est instinctive et en dehors de 
Notre volonté. La raison peut certes de
La passion reconnaître les effets mais de

La faire disparaître elle n'a point la
Puissance. Le passionné est tellement
Imbu de l'excellence des choix qu'il a
Fait d'avance que si des personnes cherchant

A l'éclairer lui donnent des conseils, mais qui
Sont opposés à ses pensées, alors il les
Déclare absurdes et même ridicules. Il lui

Arrive d'injurier la personne qui a
Agi franchement à son égard, et si à
Bout de raisons,  il ne trouve rien à répondre

*    *
*

Il finit par s'écrier: "Je veux me fâcher
Et ne veux rien entendre". Par ailleurs, il
Veut, de l'objet qui l'enthousiasme, prouver
L'excellence mais pour dire pourquoi il

l'est, il est souvent embarrassé, même s'il
Lui semble que les raisons vont abonder
Dans sa bouche pour l'expliquer. Enfin quand il
Arrive néanmoins à pouvoir formuler

Un seul motif, il est arrêté tout court, car
La cause de son enthousiasme réside en
Fait dans sa manière de sentir. Inhérents

A la nature humaine, les défauts qu'engendrent
Les passions sont un mal involontaire mais
Ce mal peut devenir source d'un bien fort tendre.

Pierrette

____

 
D'or au chêne tauzin de sinople, et un ours au naturel contre le fût de l'arbre, accompagné à dextre de deux clous de sable

Mirabelle donne l'alerte

 Image de Pierrette

Sur les quatre chemins et en toutes saisons,
L’agriculteur profite enfin de sa retraite,
Il l’a bien mérité, n'a raté qu'une traite,
Douloureux souvenir, en voici la raison ;
Un bel après-midi, rentrant à la maison,
Car il était au champ à court de cigarettes,
Il surprit sa compagne en pleine galipette.
Pour oublier il but bien plus que de raison.
Les vaches ce soir-là, ruminaient dans la grange
Depuis un bon moment, attendant leur vidange,
Quand Mirabelle inquiète, inspecta les abords.
Il était inconscient couché dans les ordures.
Elle lapa en vain plusieurs fois sa figure,
Puis prévint les voisins en beuglant à la mort. 

Vincent

_____

De sinople à une Mirabelle au naturel issant de la pointe


samedi 21 janvier 2017

Lire pour écrire


image de l’auteur

Lire pour mieux écrire, au long du jour, tel est
Le nonchalant emploi de chaque heure qui passe ;
C’est là tout mon métier, que veux-tu que j’y fasse,
De diriger des mots les jeux et les ballets.

Il est des promeneurs à qui la route plaît,
Des jardiniers sachant bêcher la terre grasse ;
Chacun se satisfait des plaisirs qu’il embrasse,
Un coin d’écran suffit à mon bonheur complet.

Tantôt ma plume prend les avis d’un bon ange,
Tantôt d’un vagabond blotti dans une grange,
Ou d’un moine priant le charpentier en croix.

En écrivant ces mots que des rimes émaillent,
Je revois le temps où j’allais sans sou ni maille,
Autrefois, quand j’avais de l’encre sur les doigts.



Le renard finit par atteindre les raisins


image de l’auteur

Le renard, s’éloignant du bocage normand,
Conclut : «Ces paysans font trop hautes leurs treilles.»
Il voit dans une vigne, au bord du lac Léman,
Des grappes qu’il admire, et dont il s’émerveille.

«Vous serez vin, dit-il, arrosant mon repas,
C’est le plus bel état que vous puissiez atteindre ;
Le don de Dionysos, je ne le mange pas,
En vertu d’une loi que je ne peux enfreindre.»


Ambibipède


image de l’auteur

L’ambistruthionidé ne vit pas en ménage ;
De sentiments galants, il n’est pas agité.
Soi-même s’admirer, tel est son apanage,
Ça le fait avancer vers la sérénité.

Quand on lui dit qu’il faut prendre femme, à son âge,
Il ne fait que lancer des regards de côté ;
Ils ont tout essayé, les gens du voisinage,
Cet être reste seul, l’hiver comme l’été.

Son esprit n’est pas fou, sa chair n’est pas ardente,
La lune, quelquefois, lui sert de confidente,
Ce n’est pas un oiseau que l’on prend à la glu.

Ce sonnet le mentionne, et ne saurait prétendre
Être une exhortation pour qu’il se montre tendre ;
Or, pour s’en amuser, ce poème, il l’a lu.



Parfums de lotus


image de l’auteur

Le parfum bleu règne au jardin,
Bien meilleur qu’un encens du pape ;
Prends garde, il n’est pas anodin,
Il change les gars en Priape.

Le parfum blanc s’élève au ciel
Sans s’arrêter sur les collines ;
Ce n’est pas un parfum de miel,
Mais c’est une odeur de pralines.

Le parfum rouge, un peu féroce,
Rend quelques trolls assez joyeux :
Les plus vieux se croient à la noce,
Les jeunes se moquent des vieux.

vendredi 20 janvier 2017

Cochonfucius et le rêve: un rêve de voyage

                                                                   Image de Pierrette

                      J'ai rêvé que le vent emportait ma mansarde.
                   Tant bien que mal, j'étais cramponné au plancher
                             Devenu vertical à force de pencher,
                    Et machinalement, j'ai dit « Que Dieu me garde ».

                        A moitié rassuré, je me penche et regarde
                     Un fleuve dans les prés en train de s'épancher ;
                        « Petit abri volant, pas question de flancher,
                         Vole droit devant toi, d'arriver il me tarde. »

                    D'arriver, mais où donc ? Je n'en savais trop rien,
                          Mais j'étais si heureux du parcours aérien
                      Que d'ignorer mon but n'était pas un problème.

                       Le vent n'a pas de but et les songes non plus.
                      Ce n'est pas seulement ce long vol qui m'a plu,
                    Mais surtout d'en parler avec quelqu'un que j'aime.


_____

D'azur à la maisonnette volante à sénestre d'argent ajourée du champ, ouverte de tanné, maçonnée de gueules, accompagnée à dextre d'un aquilon contourné d'or, à la champagne de sinople

Stampe by me (suite)



 Blason de Landrecies (avec retouche)


De renouvellements en renouvellements,
Son arrêt de travail atteignit une année.
C’est alors qu’un médecin eut la mauvaise idée
De la juger apte professionnellement.
C’était prématuré, incontestablement,
Car avant la récrée, déclamant la dictée,
Ses yeux furent inondés par de grandes marées,
Les élèves assistaient à son effondrement.
Au centre hospitalier, craignant la récidive,
Le docteur prescrivit des dragées sédatives,
Et la fit surveiller partout où elle allait.
Elle tuait le temps la tête dans les livres,
Ne les abandonnant qu'afin de pouvoir suivre,
Derrières les vitres, des corbeaux, le ballet.  



_____

 D’azur à un château ouvert et donjonné de trois tours d’or, sur une terrasse du même

L'âme et les passions

"Les secousses et ébranlements que notre âme reçoit par les passions corporelles, peuvent beaucoup en elle, mais encore plus les siennes propres, auxquelles elle est si fort en prise qu'il est à l'aventure soutenable qu'elle n'a aucune autre allure et mouvement que du souffle de ses vents, et que, sans leur agitation, elle resterait sans action, comme un navire en pleine mer que les vents abandonnent de leurs secours."

Montaigne, Essais, II, 12 "Apologie de Raymond Sebond"

 _____



Blason de la ville de Saint-Julien-de-la-Nef (avec retouche)



La complexité de l'être fait que l'on se
Perd rapidement dans les profondeurs de l'âme.
Il est par conséquent difficile de se
Connaître soi-même. Au carrefour de l'âme

Et du corps se situent  les passions. Elles entraînent
Les modifications de nos comportements,
Elles font mouvoir l'humanité entière sans
Peine, inspirent et dirigent ses pensées, et mènent

La diversité de ses caractères et de
Ses opinions, font surgir  ses désirs et
Entraînent ses volontés. Ainsi dirigée

Par les passions, l'intelligence devient un
Instrument de folie qui ne fait qu'engendrer
Le délire et combiner des projets tout en


*      *
*

Aboutissant seulement à contenter les
Passions. Mais elles sont transformables car il
Suffit de peu de choses pour que ces subtiles
Passions deviennent constructives, alors on les

Voit se ranger sous l'empire de la raison.
En réorientant ses énergies, la passion
Peut même avoir pour objet: le sublime qui
Se définit ainsi: l'art d'élever l'amie

Âme par le merveilleux, le pathétique,
Le grand. Nous avons un corps mortel, l'esprit est
Incarné. Dès lors poser la question des

Interférences existant entre l'âme et le
Corps devient logique comme les formes de
Conjugaison qui lieraient physis et psyché.

Pierrette

_____

D'azur au navire d'or équipé d'argent flottant sur des ondes du même mouvant de la pointe accompagnée, en chef, à dextre d'un aquilon aussi d'or

jeudi 19 janvier 2017

La pensée du jour

Blason de SERVINS
 
 
"Nous sommes responsables de l'Univers, parce que nous sommes l'Univers" 
 
Brida, Paulo Coelho.

Stampe by me (suite)

Image de Pierrette


Quand le pilote apprit quelle destination
Il lui fallait rejoindre, il comprit tout de suite
Qu’elle avait fait ce geste à cause de sa fuite,
Et il envisagea sa propre destruction.
Puis il se ravisa, mit les pales en action ;
Le moment n’était pas à blâmer sa conduite,
Les chances de survies, bien que très très réduites,
Etaient entre ses mains tremblantes d’émotions.
Sachant où se poser, l’ex-amant fut rapide.
Elle était au plus mal, sa chair était tépide,
Cinq minutes de plus et c’eut été trop tard.
Après les soins du corps suivirent ceux de l’âme.
Elle a tout essayé parmi leur grande gamme,
Mais aucun n’a mis fin à son profond cafard.

Vincent 

_____

D'azur à l'ange d'argent

L’expérience intérieure


Image de Pierrette



De plus en plus souvent j’ai besoin d’être seul,
Aussi, dès que je peux, j’abandonne mes paires
Pour aller m’enfermer dans mon petit repère
Fermé à mes amis autant qu’à mes filleuls. 

De toute les manières, quand bien même un aïeul
Hardi, y entrerait, il voudrait s'en extraire
Car ce lieu à l’aspect d’une chambre funéraire ;
Il s’imaginerait recouvert d’un linceul. 

Il n’y a pas de bruit dans cet endroit sombre,
Sur les étagères les livres y sont en nombre,
J’y lis et j’y écris, j’y trouve mon bonheur. 

C’est plaisant d’écrire, pour peu qu’on soit sincère,
On ne fait rien de bon en étant un faussaire,
Il faut entrer en soi et écouter son coeur. 

 Vincent

_____

  De sable au livre ouvert à la plume posée en bande à l'encrier, le tout d'argent, au chef dentelé d'or