vendredi 29 avril 2016

Du réel à l'imaginaire


Mystères, vous n'avez probablement aucune
Autre explication que dans d'autres mondes. Une
Intuition de vos existences dans la vie
Et surtout dans l'art nous émeut. Vous êtes ainsi

La beauté du présent et la promesse de
L'avenir. Ciel, or, jour, soleil, lumière,
Divin, doré, beauté... Ces mots nous guident vers
L'Amour puisque toujours, Soleil, tu brilles de

Mille feux dans le ciel ! Tu verdoies toujours, Terre
Sacrée ! Et les Fleuves toujours, s'accouplent aux Mers
Tandis que les arbres ombreux murmurent. C'est là

Que tout en moi se tait pour écouter la joie
Que je verse devant toi, Bien-Aimé, car je
Ne fais qu'un avec tout ce qui vit avec toi.

jeudi 28 avril 2016

Destin

Peinture d'Andrew Gonzalez

                                        Mouvements gracieux de L’Éloge
                                        En un pur Acte Révérenciel
                                        Se sent lié à L'Invisible Horloge
                                        Les deux mondes se sont ouverts
                                        Le corps alors épouse L'Appel
                                        Quel est donc ces sens intimes
                                        En Ton Regard est Ce Mystère
                                        Qui de La Vague devient Sublime
                                        En Ce poignant retour est Le Destin
                                        Il est à se courber jusqu'à Terre
                                        L'impressionnante Grandeur sans fin
                                        Se visite à L'Aube du Ciel Intérieur
                                        Lors qu'éclosent les douces Fleurs
                                        Les Pluies fines que recueille la Prière
                                        C'est en un Large déploiement
                                        Que s'offre ainsi tout L'Univers
                                        Le Secret subsistant en L'Amant
                                        Les Jaillissements de Sa Lumière
                                        Mille et mille constellations
                                        Des Fusions de La Quintessence
                                        Lors que les cœurs sont Sa Vibrance
                                        Nul ne peut nier alors L'Union
                                        Est-Il à nous envelopper encore ?
                                        A la pointe du Jour, qui est à frémir
                                        C'est en la chair du tremblant corps
                                        Que s'élèvent tous les soupirs
                                        Il est un monde insoupçonné
                                        Qui de ces Larmes est à s'élever
                                        Lors que La Flèche atteint Sa Cible
                                        Il n'est plus aucun retour possible
                                        C'est en Lui que marche Le Pèlerin
                                        C'est en Ce Voyage qu'est Son Destin
                                        Le cœur ensanglanté par cette Béance
                                        Est-il une autre vision de L'Abondance ?
                                        C'est en cette Rupture que je suis née
                                        Mon Sang est devenu mon sacrifice
                                        Venez tous voir la morcelée
                                        Elle n'a crainte d'aucun supplice
                                        C'est en L'Amour qu'elle renaît
                                        Le Souffle encore chaud de Son Aimé.

Naïla

Tangerine Dream - Live in Lisbon 2010

Écoute ton coeur qui vogue


                                        Écoute ton coeur qui vogue
                                        Depuis le Firmament
                                        Il est une douceur
                                        Qui écarte les voiles
                                        De toutes nos aspérités
                                        Vois comme L'Oiseau crépusculaire
                                        Vole si haut en son Chant Ethéré
                                        En son corps gracile
                                        Fleurit L'Amour.

Naïla

D'or et d'hermine

Image de l'auteur

Le grand Bouddha-poisson nous prévient des tempêtes
En un cri que reprend la sirène en son chant ;
Le vent, fendant les flots comme on laboure un champ,
Fait déferler la vague ; il en blanchit la crête.

Le vent se sent chez lui, la mer est sa conquête,
Il danse avec l’écume, il va sur l’eau, marchant
Aux chemins qu’ont suivi les navires marchands
Dont les marins, ce jour, ne sont plus à la fête.

Ah, que l’on serait mieux dans une humble boutique,
Que la navigation est douteuse pratique !
Ainsi t’exprimes-tu, passager aux abois ;

L’an prochain, tu feras une course nouvelle,
Au loin t’emportera la frêle caravelle :
Plus que vivre, il te faut naviguer, c’est ta loi.

Cochonfucius

Rideaux d'hermine

Image de Cochonfucius

Je voulais rencontrer, dans son temple baroque,
La déesse d’argent, la licorne équivoque ;
Je voulais lui offrir le Livre des chrétiens,
Elle me l’a rendu, ça ne lui disait rien.

Je voulais réciter ces trois ou quatre strophes,
En versificateur, plutôt qu’en philosophe ;
Je voulais lui parler de mon bel univers,
Ça ne lui disait rien d’écouter tant de vers.

J'éprouvais cependant cette douce fraîcheur
Que lui a conférée la Nuit, dont elle est fille ;
Comparable à l’éclat de la lune qui brille,
Sous mes yeux éblouis, telle était sa blancheur.

Cochonfucius

Monde passant

L'alouette en son vol

Où sont les prés et les forêts de mon enfance,
Fendus par les rubans de fer et de bitume ?
La hâte nous a fait perdre notre innocence ;
Les pulsions ont remplacé les anciennes coutumes.

Où sont les ruisseaux où coulait l'eau cristalline
Et l'alouette qui chantait au-dessus des blés ?
Les Paroles anciennes sont devenues sibyllines,
Lors que le simple bon sens est à s'ensabler.

Nous sommes à courir partout de par la planète,
Ne rapportant que plates images de nos vaines quêtes,
Prenant toute sensation pour de l'intensité

Et confondant l'épaisseur avec la hauteur.
Le monde est à s'enfoncer dans sa pesanteur,
Lors que tout s'y démaille et perd sa densité.

Ta Présence


                            Est-il une seule fois où Tu puisses disparaître ?
                            Tout est en Ta Pleine Lumière.
                            Est-il un seul Néant qui puisse Te méconnaître ?
                            Les yeux peuvent-ils cesser un instant de Te voir
                            Lors que Tu es en Leur entier Regard ?
                            Vois comme le Ciel fleurit en ces Nuages,
                            éclos en des myriades de phrases.
                            Les étoiles sont à pleuvoir en l’instant,
                            qui se veut être Le Voyage de L’Âme.
                            Pèlerin, comme est singulière Ta Voie.
                            En ce Lac, ton cœur est à s’émouvoir,
                            noyé dans L’Indicible Extase qui s’enflamme.
                            Est-il un seul moment, lors que la poitrine se déchire,
                            que le silence cristallise L’Ondoiement Oriental,
                            que surgissent les senteurs du Jardin Virginal,
                            ces épousailles, lors qu’effleurent ces pas de danse,
                            est-il un seul moment, qui ne soit pas Ta Présence ?

Le blason du 17e arrondissement de Paris


D’or à la grenade de sable enflammée de gueules, surmontée de deux chevronels alésés de sables rangés en fasce; à la bordure engrelée de gueules; au chef d’azur chargé de trois fleurs de lis d’or surmontées d’un lambel d’argent, le chef brochant sur la bordure.

Les châteaux en héraldique : l'Allier


Le département de l'Allier (l'ancien Bourbonnais) appartient à la région Auvergne-Rhône-Alpes. L'INSEE et la Poste lui attribue le numéro 03. Sa préfecture est Moulins.

mercredi 27 avril 2016

Terre Mère et féconde


                              Terre Mère et féconde,

                              Chant de lumière sur le matin du monde
                              Nous sommes tes enfants
                              Nous sommes de tes aimants
                              En qui ton Printemps surabonde,
                              Chant de la Mère sur le matin du monde,
                              Victoire de la vie sur l’oubli de la tombe,
                              Ton Soleil mène sa ronde en nos cœurs renaissants.

                              C’est la Terre des vivants, c’est la Terre de jeunesse,
                              C’est la Terre de tendresse, la Terre au bois dormant.
                              Nous sommes des migrants, nous sommes voyageurs
                              Ici ou là allant, boussole d’amour au cœur.
                              Nous sommes des orants, nous sommes des chercheurs
                              Du levant au couchant, d’un rêve nous sommes porteurs.
                              Nous sommes des aimants, nous sommes des passeurs
                              De la Terre des vivants nous disons la splendeur.
                              Nous sommes des aimants, en quête du bonheur
                              Eveillant les dormeurs, les belles au bois dormant.

Chant bardique du rituel druidique d'Alban Eilir (Équinoxe de Printemps)

Retrouvailles

Clovis Trouille (1889-1975), Le confesseur

Un jeune homme pousse doucement un portail
Puis avance à pas feutrés dans la cathédrale.
Une nonne prie en cette heure matinale
Dans la lumière tamisée qu’offre un vitrail.

Passant à ses cotés il remarque un détail ;
Un naevus près d’une commissure labiale
Lui rappelant une histoire sentimentale.
Son coeur bat la chamade au fond de son poitrail.

Feignant de contempler la vitre colorée,
Il se rapproche de la femme agenouillée
Rentrée dans les ordres par dépit amoureux.

Quand à son tour elle reconnaît son visage,
Elle s’abandonne à ses lèvres sans ambages,
Reniant la promesse qu’elle a faite à Dieu.

C'est en cette Plongée


                                        C'est en cette Plongée
                                        Seul Face à Face
                                        Te retrouves-tu enfin ?
                                        Sur les bords de Ta corporéité
                                        Ainsi est Ce Vaisseau voguant
                                        Ainsi le mène Son Courant
                                        En Sa Toute Étrangeté
                                        Qu'est-il donc à observer ?
                                        S'il plonge encore en sa nudité
                                        Son Cœur est une Profondeur
                                        Mais aussi une Vasteté
                                        Qu'est-il à voir
                                        En cet espace multiplié ?
                                        Sois en ton intensité
                                        Encore à plonger
                                        Jusqu'à trouver
                                        Est-il en cette solitude
                                        Un lieu que tu n'es pas à visiter ?
                                        La vie a laissé des traces
                                        Tout semble s'effacer
                                        Plonge encore plus loin
                                        Jusqu'à ce que tu perdes toute attache
                                        Le sage me l'a tant répété
                                        En ce Puits de L'Êtreté
                                        J'ai plongé et plongé
                                        Je n'ai pas su m'arrêter
                                        Plonge encore, tu es à observer
                                        Les Jaillissements des Vagues
                                        Qu'une Beauté engendre
                                        Au creux des ourlets
                                        En L'Océan de Ton Âme
                                        Solennelle Présence
                                        Cruciale Vérité
                                        Atemporelle Tempérance
                                        Plonge et dis-moi ce que tu as Trouvé
                                        En ces nuits de mon être
                                        En ces ondes insoupçonnées
                                        En La Magistrale Sublimance
                                        En cette plongée qui se voulait remontée
                                        C'est Lui, Lui que j'ai trouvé
                                        C'est Lui, Lui qui est à me soulever.

Naïla, Océan sans Rivage

Yes - Awaken

Marcheur printanier

Image de l’auteur

Le marcheur printanier traverse les hameaux.
Il va près de la Seine, il marche auprès de l’Oise,
Jamais un habitant ne lui cherche de noise
En ce temps de l’année où croissent les agneaux.

Il visite Limours, opulente et bourgeoise,
Il traverse Pontoise et vogue au fil de l’eau,
Il voit le bûcheron s’attaquer au bouleau
Et participe aussi aux fêtes villageoises.

Il regarde glisser les wagons sur les rails,
Puis il mange un morceau de bon pain frotté d’ail
Que vient de lui offrir une vive bergère ;

Le soir, il rêvera sous un vaste portail,
Revivant sa journée, s’amusant d’un détail :
L’existence, pour lui, est chaque jour légère.

Cochonfucius

Trois petits minotaures

Image de l’auteur

Ces trois minotaures sauvages,
Les enfants d’un dieu souverain
Et d’une génisse d’airain,
Jamais ne seront en servage.

Jamais ils ne font de victimes
Ni ne sèment le désespoir ;
Mais ils chantonnent, vers le soir,
Quelques polyphonies sublimes.

Or, s’ils mangeaient un jour des roses,
Ils deviendraient dragons fumants
Ou bien, carnivores juments,
Deux funestes métamorphoses.

Cochonfucius

Maître Coq, le recueil


Apparu dans les compositions héraldiques de Cochonfucius et baptisé Maître Coq par Marie-Louise, ce personnage récurrent et truculent allait connaître de nombreuses aventures sous les plumes les plus diverses : Cochonfucius, Marie-Louise, Naïla, Marc et Vincent pour l'écriture poétique et Pierrette pour les contes.

Manuel Göttsching & Ashra


Ashra for the Spanish television TVE, Musical Express "musica planeadora" Barcelona 1981

Le blason du 16e arrondissement de Paris


Coupé : au 1er parti au I de gueules au château de la Muette d'argent, ajouré du champ, accompagné en chef d'une fleur de lis d'or accostée de deux croisettes du même, au II d'argent à trois chevaux galopant de sable, bridés et sellés d'or, au 2e d'azur à trois arbres arrachés d'or, 2 et 1.

Le 16e arrondissement est essentiellement résidentiel, mais néanmoins visité par les touristes pour ses nombreux musées et ses lieux remarquables comme le Trocadéro ou le bois de Boulogne. Il abrite le plus grand nombre d'ambassades et de consulats de Paris ainsi que des installations sportives célèbres dans le monde entier, comme le Parc des Princes ou le stade Roland-Garros. Du fait de son éloignement du centre de Paris, son histoire est récente, pendant longtemps rurale et simplement fondée sur trois anciens villages. Il y reste peu d'immeubles à vocation historique. C'est aujourd'hui le plus vert de la capitale.

La Mesure des Choses

Peinture d'Illeana Cerato

Crois-tu que je sois venue pour peser tes actes ?
Ma balance se règle sur ta propre mesure ;
Chacune de tes intentions est comme un pacte ;
C'est par elles que tes œuvres sont pures ou impures.

Que vaut la lettre si tu n'en connais l'esprit ?
Et les lois si tu ignores sur quoi elles se fondent ?
Tu penses aimer sans être de l'Amour épris ?
Et vivre en répétant sans cesse la même ronde ?

Un voyage de mille lieues ne commence-t-il par un pas ?
Un arbre ne naît-il d'une toute petite racine ?
Chaque instant n'est-il point celui de ton trépas ?

Tu t'accroches à l'illusion pour sauver ton moi
Qu'en un cercle trop bien verrouillé tu confines
Et hors duquel nulle chose ne suscite ton émoi.

mardi 26 avril 2016

Pour l'Amour de Toi

Peinture de Freydoon Rassouli

L’Amour, UN
L’Amour, ni matière ni Parfum
L’Amour, cette Transparence
Pure Magnificence
Cueillie à La Source
Un Je T’aime à L’Infini

L’Amour, Cœur offert
En cette multitude
L’Amour, Une Plénitude
Corolle fragile
Force de L’Ultime
L’Océan des Mansuétudes

L’Amour, Émoi du Jardin sublime
Eden aux mille ruisseaux
Effusion du Seul Nom
Bras ouvert à L’Intime
En l’Étincelante Naissance
Mon frère, mon Autre

L’Amour qui se désire
En ce Verbe Aimer
Aspiré en L’Illimité
Je T’aime
Perle suintée
Depuis La Niche Préservée
Même si tu ne m’aimes pas
Je T’aime, si pauvre moi
Je T’aime, pour L’Amour de Toi.

Naïla

Le balancier du ciel

Peinture de Jeffrey G. Batchelor

                                         Les miroirs de l'Univers
                                         T'affolent
                                         Multiplient les images
                                         Multiplient les visages
                                         Multiplient les échos.
                                         Murmures
                                         Chants
                                         Cris
                                         Hurlements
                                         Ricanements

                                         Ici
                                         Là Là-bas
                                         Les démons t'assaillent de tous côtés
                                         Frappent tes yeux
                                         Trompent tes sens
                                         Tu bondis
                                         Mais les miroirs bondissent avec toi
                                         T'épient
                                         T'interrogent

                                         Combien sommes-nous ?
                                         Assurément des milliers
                                         Des millions
                                         Multitude infinie
                                         Un seul pourtant
                                         Pour tenter d'échapper à ce piège diabolique
                                         Ronde infernale

                                         Un seul pour troubler l'eau des miroirs
                                         Un seul à déchirer l'espace
                                         De sauts désordonnés
                                         Fuyant son reflet
                                         Répété à l'infini

                                         Arrête-toi
                                         Calme ton souffle
                                         Approche-toi du miroir
                                         Lentement
                                         Reste immobile
                                         A la frontière
                                         Toi et ces milliers d'autres
                                         Confondus en un seul
                                         Plus de reflet
                                         Plus d'ombre
                                         Rien qu'un miroir
                                         Sphérique comme un soleil
                                         Matrice de lumière

                                         Eternité en suspension
                                         Entre deux battements d'ailes
                                         Attente d'une respiration
                                         Appel d'une caresse
                                         Pour réveiller la musique
                                         Offrande au Prince
                                         Don de son corps
                                         A l'espace apaisé

                                         Prière d'amour
                                         Chant de beauté qui te porte
                                         T'emporte au-delà du rêve
                                         Vers le réel
                                         La danse se déploie
                                         Féconde l'espace

                                         Le Temps éclate en parcelles d'éternité
                                         Libérant la lumière
                                         L'Univers s'enfante de sa substance
                                         Lentement commence le mouvement essentiel
                                         Oscillations à l'infini
                                         Du balancier du ciel

Garance

Peinture de Jeffrey G. Batchelor

Un odorat infaillible

Peinture d'Aurelio Zingoni (Italien, 1853-1922)

Spéciale dédicace au Troll JR

« Le compte n'y est pas : pour sûr, il manque un poulet !
Que je sois rôti vif si jamais je me trompe !
Je m'en vais sur le champ enquêter, sans délai,
Mais fort discrètement, sans y mettre de pompe

Car il y va de ma réputation, pas moins.
L'on est, céans, à me fort soupçonner moi-même,
Lors que je suis un moine honnête, Dieu m'en est témoin.
Côté assiette, je ne suis pas à faire Carême,

Certes, mais pas au point de manger le blé en herbe ;
Chaque chose en son temps, je fais devise du proverbe. »
Cela dit, frère Eugène laisse là son marmiton

Et s'avise de la question. Passant près des caves,
Son nez en alerte hume un fumet des plus suaves ;
Il y descend et prend sur le fait le glouton.

Armand Amar - Premonition

Arche d'Amour

Peinture de Josephine Wall

                                          Es-tu à te contracter
                                          En ces effluves de L'Aube
                                          Es-tu à Te voir rêver
                                          En La Vague Robe
                                          De ton Êtreté
                                          Es-tu à t'échapper
                                          En La Larme Profonde
                                          Dans les ourlets de L'Azuré
                                          Lors que le Ciel Voyage
                                          Sur le remous des Ondes
                                          Et que s'échappent les nuages
                                          En L'entièreté de Ton Aspiration
                                          Le cœur tremble
                                          Lors de cette Union
                                          Ivre ce me semble
                                          Flux après flux
                                          En cette Éternité
                                          Tu es L'Absolu
                                          Entre Toi et moi
                                          Qui osera douter
                                          Tu es Ta Volonté en Ta Volonté
                                          Toi, Souverain du Monde
                                          Qui est Roi à la place du Roi ?
                                          C'est en Toi que je me suis abandonnée
                                          Tu as dit : après Moi, c'est encore Moi
                                          Alors nous voilà en Ce Jardin Fluvial
                                          Lors que L'Océan est à nous porter
                                          En ce Périple Astral
                                          Sur L'Arche d'Amour
                                          Je suis à m’envoler
                                          Jour après jour
                                          Les Ailes de La Lumière
                                          Bien-Aimé
                                          Si je suis à tomber
                                          Tu es à me relever
                                          Mon Arche est Ton Mystère
                                          Si je suis à mourir
                                          Tu es à me vivifier
                                          C'est en Toi qu'est mon Désir
                                          Ivre des vagues de Ta Sublimité
                                          Est-il une possibilité qui ne soit
                                          Toi Le Créateur de La Toute Possibilité
                                          Est-il un seul Espoir qui ne soit
                                          En ma nudité, je suis à espérer
                                          Ondoiement du Cœur
                                          L'Arche de Ton Amour
                                          En L'Incandescente Fleur
                                          Ta mendiante fait retour.

Naïla